20/02/2012


Cappeli - Visite de l'usine Capelli

Le chantier naval

Fondé en 1974, le chantier naval Capelli de Spinadesco (Cremona, Italie du Nord) est devenu l’un des principaux fabricants de bateaux de petites et moyennes tailles. 

Ce chantier est né de l’amour de Davide Capelli pour la rivière Po et de sa créativité sans limite. Cette alchimie lui a donné l’idée de faire réaliser des bateaux par son jeune fils Umberto, spécialiste dans la construction et le design de canoës de compétition. 

La marque s’est faite remarquée lors du Salon du Bateau de Gênes en 1986 lorsque le constructeur a dévoilé son premier Fisherman – un bateau de 4,7 mètres, qui a reçu un accueil enthousiaste du public. 

En 1992, l’entreprise a diversifié sa production avec une gamme de semi-rigides, qui a permis à Capelli de continuer à gagner des parts de marché. 

Le chantier naval fabrique actuellement 12 modèles de bateaux (CAP) et 21 modèles de semi-rigides (TEMPEST). 

Le succès croissant de Capelli est dû à deux facteurs principaux : la qualité de finition des bateaux et l’esprit avant-gardiste de l’entreprise. 

Qualité 

Capelli n’a rien laissé au hasard. 

Fruit de l’expérience accumulée, Capelli effectue de multiples tests sur chaque composant avant de lancer l’assemblage. 

Le design de chaque modèle est choisi avec soin et goût du détail. 

Les résines, le contre-plaqué marin, le choix des essences de teck, l’inox et le Néoprène Hypalon (Pennel & Flipo) sont des matériaux choisis pour leur haute performance et tenue dans le temps. 

Le temps et les efforts consacrés à la qualité des finitions sont autant de critères qui permettent à Capelli de livrer à ses clients des bateaux d’une très grande fiabilité. 

Un tel niveau de perfection ne peut être atteint sans la motivation de l’équipe d’experts du constructeur, qui a extrapolé au fil des années son exigence de qualité. 

Organisation 

Spinadesco est un site où se trouvent rassemblées les technologies navales les plus avancées. 

La fabrication est divisée en plusieurs étapes de production : le moulage de la fibre de verre, la peinture, la menuiserie, le montage d’accessoires, l’assemblage. 

Ce mode de fabrication est le même que celui que l’on peut trouver sur une chaîne de production industrielle. Il est donc efficace et permet à Capelli de répondre rapidement à la demande de sa clientèle. 

Mais la véritable distinction de Capelli par rapport à ses concurrents réside dans son « styling » si caractéristique : à l’écoute des tendances et ouvert sur le monde, les designers du bureau de style sont jeunes, dynamiques, inventifs et très curieux. Par leur fidélité à la marque, ils ont su initier un gêne et perpétuer une identité qui leur est propre. 

Présentation de l’entreprise 

Cantieri Capelli est une PME artisanale profondément enracinée dans la campagne de Cremona, dans le Nord de l’Italie, et strictement attachée à une expérience traditionnelle avec un savoir transmis de père en fils. 

Fondée par Davide Capelli en 1974 dans son propre garage, la marque a pris forme grâce au travail acharné de son fils Umberto qui a commencé à coopérer avec son père dés l’âge de 18 ans. Passion et ambition ont mené Umberto à son premier succès, avec 100 unités vendues de son premier bateau, le Junior 470. 

Quelques années plus tard l’entreprise emménage dans un bâtiment de 300 m² et recrute du personnel. 

Ainsi, de 1986 à 1993 l’entreprise s’est fortement développée, avec de nouvelles offres de bateaux allant de 15 à 24 pieds. 

Face à ces évolutions, Capelli a dû s’installer dans un bâtiment de 2.000 m² à Spinadesco. Les ventes augmentent, l’entreprise croît, tout comme la passion familiale. 

L’évolution continue en 1993, avec le lancement d’un nouveau produit : le semi-rigide avec la gamme Lancer Line de 3 modèles. 

Malgré un frein à la production en 1993 en raison de la crise économique sérieuse en Italie, Cantieri Capelli a réagi en prenant le risque de deux projets audacieux : 

La délocalisation dans un pays étranger dans le but de réduire les coûts

C’est ainsi qu’Umberto investit pour établir une nouvelle unité de production de 1.000 m² à Monastir, dans le Nord-Est de la Tunisie dont la production a commencé en 1997. 

Capelli a choisi ce pays pour diverses raisons :
- les lois tunisiennes favorables à l’accueil des entreprises étrangères : pas de douane, pas de revenus imposables
- des coûts de production plus faibles. 

En revanche, ce projet audacieux nécessitait des investissements et les emprunts bancaires ont été difficiles à obtenir de par la petite taille de l’entreprise… Des fonds privés ont donc été utilisés pour renforcer le capital financier. 

L’introduction du système de package en Europe

Yamaha Europe et Capelli ont signé un accord exclusif pour distribuer la marque en Europe.
Grâce à ce partenariat, Capelli a bénéficié du large réseau de concessionnaires moteurs hors-bord Yamaha européens et s’est concentré à l’amélioration constante de sa qualité et de sa production. 

Chantier Capelli, aujourd’hui… 

Capelli est présent dans 23 pays dans le monde (France, Allemagne, Espagne, Portugal, Pays-Bas, Roumanie, Bulgarie, Chypre, Grèce, Croatie, Slovénie, Belgique, Suède, Finlande, Malte, Royaume-Uni, Australie, Suisse, Norvège, Martinique, Maroc, Autriche, Canada, Koweit, Liban, Lituanie, Congo, Angola, Tunisie) et travaille avec les meilleures marques de moteurs dont fait partie Yamaha, leader du marché hors-bord mondial. 

Cantieri Capelli est divisé en deux départements, la division Bateaux et la division Pneumatiques. 

La division Bateaux (CAP) est basée au siège italien de Spinadesco (85 employés) 

Toute la production est réalisée en interne pour maintenir le contrôle de la qualité. 

La gamme est constituée de 15 modèles de bateaux rigides de 4 à 10 mètres, Walk-Around et Open. Les bateaux Capelli sont confortables, élégants, et intégralement « Made in Italy ». 

La division Pneumatiques TEMPEST est basée en Tunisie à Monastir (160 employés) entièrement managée par le siège italien 

La production est suivie par un groupe de techniciens italiens résidant sur place. 

L’usine fabrique 30 modèles de semi-rigides de 2,20 à 10 mètres, divisés en quatre gammes : TOP, EASY, WORK et TENDER. 

Les semi-rigides Tempest sont aussi confortables et élégants que les bateaux CAP, avec en plus, la polyvalence et la souplesse en mer. 

De 2001 à 2008, Capelli a connu une nette hausse des ventes. 1095 modèles ont été vendus : 375 bateaux et 760 semi-rigides. 

L’entreprise a donc recruté du personnel et augmenté la taille des bâtiments de ses sites. L’unité italienne est passé de 300 m² de bâtiment en 1993 à 22.000 m² (intérieur et extérieur) en 2005. Tandis que l’usine tunisienne est passé de 1.000 m² en 1997 à 20.000 m².
 

Après plusieurs années de développement, la crise de 2009 a fait chuter les ventes de 40 %. 

Mais Cantieri Capelli a su faire face grâce à 3 avantages :
- ses investissements amortis
- ses partenaires forts et puissants
- sa flexibilité et son dynamisme 

Pour rebondir, Capelli a réagi dans 4 directions :
1. les ressources humaines : conserver et faire confiance à son personnel qualifié et rester enraciné dans le territoire local
2. les marges : réduites dans le but d’aider les ventes des distributeurs
3. l’innovation et le design : stimulées par la planification et la naissance de nouveaux
modèles
4. l’ouverture vers de nouveaux marchés (comme l’Australie, le Canada, les Comores…) 

2010 et 2011 ont ainsi pu redémarrer, sans renier les valeurs qui font la force de Capelli : la qualité, les package et la maitrise de son outil de production. 

Les étapes de conception d'un bateau 

La production :
1. Le moule est peint avec un gel coat, ce qui donnera le revêtement externe
 

2. Application à la main des couches de fibres de verre
 

3. Démoulage 

4. Ebavurage de l’excédent de fibres sur les bords, les casiers, les portes
 

5. Coque et pont sont collés pour les rendre étanches
 

6. Montage et installation des options
 

7. Découpe à la main du tissu en néoprène hypalon pour fabriquer le tube
 

8. Le tube est collé sur la partie rigide. Pose de la bande anti-ragage, des logos, des poignées…
 

Donnez une note :

1 commentaire

27/02/2012 16:36 - luca a dit :

délocalisation toujours

Effectivement, la réaction précédente m'interpelle. Les entreprises ne délocalisent plus pour faire plus de bénéfices, mais simplement pour continuer leurs activités avec un minimum de retour. Le monde nautique n'y déroge malheureusement pas. En tant que Belge, je suis triste de la délocalisation d'ETAP Yachting vers la Pologne. Depuis on entend plus parler d'ETAP. C'est le monde politique et l'Europe qu'il faudrait secouer pour limiter fortement les charges sociales. L'industrie nautique est souvent créative et capable d'excellent lobbying...
Alors d'ici là, que nos amis italiens produisent encore de beaux semi-rigides comme ils savent si bien le faire.

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter