13/11/2007


Fédération Française des Ports de Plaisance - Imaginer, développer et accueillir la plaisance de demain

Euromarina, 6ème Journée FFPP au Palais du Luxembourg

Présentation de la FFPP 

La Fédération Française des Ports de Plaisance (FFPP), créée en 1979, est une organisation associative au service de tous les ports qu´elle regroupe : 265 ports de plaisance français, maritimes ou en eaux intérieures, à flot ou à sec. 

Elle est présidée par Serge Pallarès, directeur du port de plaisance de Saint Cyprien dans les Pyrénées Orientales. 

La FFPP est le seul interlocuteur officiel et reconnu pour représenter les professionnels des ports de plaisance auprès des pouvoirs publics, des collectivités locales, des administrations, des instances paritaires, des organismes techniques, de formation et des médias, tant au plan national qu´international. 

Sept Associations ou Unions régionales affiliées (Manche et Mer du Nord, Bretagne, Languedoc-Roussillon, Provence Alpes Côte d´Azur, Ile de France, Corse, Léman) couvrent les littoraux de la France continentale, de la Corse et des DOM/TOM, ainsi qu´une partie des eaux intérieures (rivières, fleuves, lacs et canaux). 

S´y ajoutent de nombreux ports adhérents directs à la FFPP, comme sur le littoral atlantique, des Membres Partenaires ou des Membres Correspondants. Tous les membres, sans exception, sont représentés géographiquement ou par nature au Conseil d´Administration. 

La FFPP participe à la promotion de la filière nautique en favorisant une étroite collaboration avec les autres acteurs directs du nautisme, notamment dans le cadre du CODCAP. 

Le CODCAP, Comité d´Organisation et de Développement des Capacités d´Accueil de la Plaisance, est né d´un étroit partenariat entre la FFPP, la FIN, l´ANEL, le CSNPSN, ODIT France et le Ministère des Transports, de l´Equipement, du Tourisme et de la Mer. 

Les travaux du CODCAP découlent d´un constat simple : le manque de places dans les ports en France (Etude de l´AFIT en 2003). Cette demande réelle a donc incité les acteurs du CODCAP à oeuvrer ensemble dans le sens du développement de la plaisance. On recense aujourd´hui 200 projets et l´on sait que la construction de nouvelles infrastructures pourrait créer environ 11.000 emplois induits et 540 emplois directs.
Un port de plaisance n´est pas simplement un parking à bateaux, c´est un véritable lieu de vie, un carrefour touristique où commerces, hôtels et animations se croisent. De par son potentiel touristique, c´est aussi un « comptoir » vers l´arrière-pays et une fenêtre ouverte sur la France et ses régions pour les étrangers en escale. 

La FFPP est soutenue par un « Club des Partenaires » qui rassemble des entreprises prestataires de services ou produisant des matériels destinés à la gestion et à l´équipement des ports. 

Chiffres-clés des ports de plaisance en France 

o La France leader européen de la plaisance
o Une flotte active de 442.000 bateaux
o 122.000 bateaux de plus de 6 m
o + 10.000 unités par an (renouvellement)
o 166.000 places dans les ports
o 370 ports en France
o 60.000 places en mouillages
o Soit 226.000 places pour accueillir des bateaux
o Les dépenses des plaisanciers représentent 160 millions d´euros
o 180 EUR de dépenses par nuitée
o 1 emploi direct pour 100 places de port
o 10 emplois induits pour 100 places de port 

Manque de places : véritable enjeu de développement durable 

La France : 5.500 km de côtes
La capacité d'accueil est de 223.000 places :
- 73 % dans 370 ports
- 27 % en mouillages organisés 

54.000 places manquantes :
- 33 % en région PACA
- 24 % sur le littoral Atlantique
- 16 % en Bretagne
- 9 % en Corse
- 9 % dans le Languedoc-Roussillon
- 9 % sur le littoral de la Manche 

L´industrie nautique est en plein développement : plus de 2,5 % environ de croissance par an. 

On constate une demande croissante du public d´avoir accès à une activité de plaisance. De part ses spécificités la gestion du domaine public maritime pose certaines contraintes. Si une activité économique s´y développe, elle doit être encadrée. 

La Fédération Française des Ports de Plaisance est à l´origine de réflexions sur le devenir des ports de plaisance qui ont suscitées, dès 2000, une première étude menée par l´AFIT sur la revalorisation touristique des ports de plaisance. 

Avec la Fédération des Industries Nautiques (FIN), l´AFIT/ODIT France, avec le soutien de la Direction du Transport Maritime, des Ports et du Littoral (DTMPL), aujourd´hui Direction des Transports Maritimes, Routiers et Ferroviaires (DTMRF), elle a participé à l´élaboration d´une étude stratégique, à partir de 2001, sur le sujet du manque de places et a permis de dresser un état des lieux précis de la situation et d´en identifier les impacts. L´étude, parue en 2002, a mis en lumière un déséquilibre très significatif entre une flotte active en croissance régulière et une offre portuaire peu évolutive. 

En effet, on sait aujourd´hui qu´il manque entre 54 000 et 60 000 places de ports en France. 

Forts de ces constats, de l´appui du Ministre chargé de la Mer, et de la participation du Conseil Supérieur de la Navigation de Plaisance et des Sports Nautiques (CSNPSN), les initiateurs de l´étude ont décidé depuis, de continuer à travailler ensemble au sein du CODCAP (Comité de développement des capacités d´accueil de la plaisance) et engager des travaux dans le sens du développement durable des capacités d´accueil de la plaisance (cf fiche annexe sur les travaux du CODCAP). 

Le CODCAP a identifié 6 réponses au manque de places, a produit études et documents, a animé des débats sur chacune d´entre elles :
1) La requalification de friches portuaires ou de sites militaires,
2) L´extension des ports de plaisance à haute valeur environnementale,
3) La création très limitée de ports de plaisance,
4) L´aménagement intégré de ports à sec ou de parcs à bateaux,
5) Le développement de zones propres de mouillages organisés,
6) L´optimisation de la gestion des places. 

Aujourd´hui, le CODCAP est soutenu par le MEDAD et accompagné par Yves Gauthier, chargé de mission plaisance par Dominique Borloo, qui a pu réaliser un listing des projets et qui s´attelle aujourd´hui à des réflexions sur le développement de la grande plaisance, le développement durable des ports de plaisance et un suivi des avancées des projets de création de places de port. 

Le rapport d´Yves Gauthier, en 2006, a recensé 70 projets de port pertinents sur nos façades maritimes. 

Chaque projet est porteur d´externalités positives (création de 1 emploi direct pour 100 places et 10 emplois induits pour 100 places, valorisation du foncier, création d´un pôle d´attractivité touristique...). 

Mais il est aujourd´hui évident qu´aucun projet de création de capacité de plaisance ne pourra se faire s´il ne respecte pas l´environnement.
La maîtrise des multiples impacts environnementaux, sociaux et urbains, conditionnera « l´acceptation sociale » des projets, donc leur faisabilité. 

Le littoral français concentre de plus en plus de populations résidentes, actives ou touristiques. Il s´agit d´un territoire sensible en profonde mutation sur lequel s´exercent à la fois les usages traditionnels (pêche, conchyliculture...) et celles issues de sa consommation dont la caractéristique principale se traduit par la pression de l´urbanisation. 

En conséquence, la sensibilité écologique grandissante de la société française incite les populations résidentes à une extrême vigilance pour tous les projets d´aménagement d´une part et les élus (aux niveaux national, européen et international) à légiférer et à édicter des textes réglementaires de protection de l´environnement d´autre part. 

Dans ce contexte, les aménagements du littoral visant le développement de la plaisance, activité souvent considérée, même à tort comme polluante et réservée à des catégories sociales privilégiées venues d´autres régions du territoire, ne semblent pas être parmi les plus « légitimes » aux yeux de l´opinion publique. 

Dorénavant le meilleur site « possible » pour développer un équipement de plaisance ne sera donc plus déterminé en fonction des seuls critères techniques ou financiers, mais résultera d´une analyse multicritères menée dans une logique de développement durable en regard de ses impacts environnementaux. 

D´où la prise en compte dans les objectifs à poursuivre pour tous les projets de ports, qu´ils soient en sites naturels ou urbains, existants ou à créer :
o Un respect absolu des zones naturelles sensibles protégées et une impérative maîtrise des pollutions.
o Une intégration maîtrisée du projet dans les sites et paysages visant à en réduire les impacts. 

Ainsi, la création d´un port de plaisance est porteuse d´externalités positives pour l´économie locale. Nous avons aussi aujourd´hui les outils pour que ces créations respectent l´environnement. 

C´est pourquoi un projet de création de places de port de plaisance est un véritable enjeu de développement durable. Maîtrisé, il peut et il doit être encouragé dans ce sens. 

Les travaux du CODCAP

o Les attentes des professionnels du nautisme à l´égard des ports de plaisance et réponses (Enquêtes FIN et FFPP - novembre/décembre 2002)
o Guide de Savoir-faire : La valorisation touristique des ports de plaisance (Les Cahiers de l´AFIT/ODIT France - décembre 2002)
o (Etude stratégique sur l´adaptation des capacités d´accueil et la gestion des places dans les ports de plaisance (Les Dossiers et documents de l´AFIT/ODIT France - août 2003)
o Ports de Plaisance : stratégie de développement (Actes de la Journée FFPP du Palais du Luxembourg du 7 novembre 2003)
o Adaptation des capacités d´accueil à la demande de places dans les ports de plaisance (AFIT/ODIT France - juin 2003)
o La plaisance entre la loi Littoral et le SCOT, Contribution pour un développement durable des capacités d´accueil de la plaisance (par Me Henri Coulombie, FFPP - février 2004)
o Guide de Savoir-faire : Ports à sec et Parcs à bateaux (Les Cahiers de l´AFIT/ODIT France - septembre 2004)
o Guide sur la conduite de projets de requalification, création et d´extension des ports de plaisance (Documents d´ODIT France - décembre 2005) 

Sont prévus également :

o Une réactualisation du Guide de gestion d´un port de plaisance,
o Une étude sur les requalifications portuaires dédiées à la plaisance,
o La mise en oeuvre d´un projet d´Observatoire de la plaisance,
o Une étude sur les problématiques de mise à l´eau des petites unités,
o Un guide sur le financement des ports de plaisance et indicateurs économiques. 

Environnement : Ports Propres, un outil complet 

Ports Propres est une démarche consistant à encourager toutes les opérations qui concourent à l´amélioration de la qualité environnementale des ports de plaisance et de pêche.
Elle prend en compte de façon globale et à l´échelle d´une région la problématique de gestion des déchets et rejet des effluents dans les ports de plaisance. 

Les opérations Ports Propres comportent quatre volets, distincts mais indispensables, afin de permettre aux gestionnaires de ports de plaisance l´accès au management environnemental dans les meilleures conditions : 

Premier volet

Une étude diagnostique des flux de polluants et de déchets, qui existent ou qui transitent par le site portuaire. Ce premier volet, préalable indispensable à la mise en oeuvre des autres volets, permettra :
o de faire la présentation géographique, administrative et juridique du port et de son environnement associé.
o de donner des informations précises sur les origines, la nature et l´impact des nuisances recensées sur l´environnement.
o de faire la description exhaustive des solutions et des équipements portuaires et de gestion des déchets déjà existants.
o de définir des objectifs de qualité, souhaités pour le plan d´eau, les sédiments et les installations à terre.
o d´établir le programme d´investissement et d´actions pour atteindre ces objectifs. 

Deuxième volet

Lutte contre les nuisances chroniques
Après avoir déterminé les sources de pollution au sein du port, ce volet permettra de mettre en place des équipements destinés notamment à :
o Collecter et trier les déchets solides et liquides issus des bateaux et de l´activité portuaire : réalisation d´un « point propre », d´un système de collecte et de traitement des eaux de cale, des huiles usagées...
o Traiter les effluents : collecte et traitement des eaux pluviales, des eaux de carénage, aménagement ou réfection de la station d´avitaillement. 

Troisième volet

Lutte contre les pollutions accidentelles
Grâce à ce volet, les gestionnaires des ports pourront par exemple :
o Préparer un plan de lutte contre les pollutions accidentelles,
o Equiper les ports de kits d´intervention (barrages flottants) en cas de pollution accidentelle par hydrocarbures. 

Quatrième volet

Animation, sensibilisation et formation des usagers, des agents et des gestionnaires des ports.
Ce volet est prévu pour accompagner toutes les actions conduites dans le cadre des opérations Ports Propres. Il permettra de :
o Sensibiliser les employés portuaires aux problèmes environnementaux,
o Informer les usagers portuaires,
o Aider à la création d´emplois. 

Dans le cas d´infrastructures nouvelles, les préconisations relatives à la dépollution de l´aire de carénage, à la création d´un point propre ou d´une déchetterie portuaire, au système de pompage des eaux usées des navires, au système de dépollution des eaux pluviales avant rejet en mer... seront plus facilement mises en oeuvre que lors de l´équipement d´anciens sites portuaires. 

Toutefois, il faudra également inclure toutes les notions de HQE et Développement Durable lors de la conception de nouvelles infrastructures terrestres ou flottantes. 

Quelques exemples :
o Les économies d´énergie ou le recours à des énergies renouvelables pour permettre l´éclairage, le chauffage et la climatisation des locaux en consommant le moins d´énergie fossile possible, et pour assurer les besoins en eau chaude sanitaire (énergie solaire par exemple).
o La conception des bâtiments en HQE et Bio Climatique (circulation naturelle de l´air/ rafraîchissement de l´air en utilisant l´énergie solaire ou les frigories de l´eau portuaire/ végétalisation des toitures...).
o La certification environnementale en cas d´utilisation de bois exotiques (platelages des quais et des pontons...) ou de bois européens.
o Savoir gérer la fin de vie des matériaux utilisés. 

Le 7 décembre 2007 aura lieu sur le stand de la FFPP au Salon Nautique International à 12h, le lancement de l´opération « Ports Propres en France ». 

Les présidents des sept associations régionales portuaires affiliées à la FFPP signeront une charte d´engagement dans le programme Ports Propres. Ainsi, tout le territoire français sera engagé dans cette opération pour 2008. 

Littoral : construire ensemble un développement équilibré 

Les zones côtières figurent parmi les lieux les plus dynamiques de la planète. Elles concentrent près des 2/3 de la population mondiale. D´ici 30 ans, on estime que les ¾ de l´humanité vivront dans des zones proches du rivage. 

C´est pourquoi les grandes nations maritimes sont engagées dans des politiques à long terme d´aménagement et de mise en valeur de leurs espaces littoraux. Il s´agit à la fois de préparer l´accueil de populations nouvelles, de renouveler et de moderniser les activités, et de préserver l´usage d´un espace de plus en plus fragile et convoité. 

Enjeu majeur des politiques d´aménagement du territoire, le littoral français est l´objet depuis longtemps d´un important investissement affectif et symbolique. Cet espace aux multiples usages, porteur de fortes valeurs identitaires, est aujourd´hui à la base de réflexions stratégiques. 

Le littoral doit trouver son équilibre entre ceux qui y vivent et ceux qui y viennent. 

Quatre objectifs sont à privilégier :

1) Garantir un environnement de qualité,
2) Accompagner la croissance démographique et maîtriser la pression foncière,
3) Développer des économies diversifiées adaptées aux populations et aux spécificités du littoral,
4) Promouvoir l´identité du littoral. 

La FFPP soutient que de réussir le développement équilibré du littoral constitue, aujourd´hui, autant une ambition qu´une nécessité. 

Euromarina

Présentation de la Fédération Européenne des Ports de plaisance 

Depuis sa fondation en 1989, la Fédération Européenne des Ports de Plaisance (Euromarina) est restée le seul organisme uniquement dédié au progrès et à la protection des intérêts des exploitants de ports de plaisance et des propriétaires de mouillages en Europe. 

Représentant les associations de ports de plaisance nationales et régionales, Euromarina a poursuivi avec succès un certain nombre d´objectifs. 

Ces objectifs comportent notamment :

o la défense des intérêts des ports de plaisance et de l´industrie de la plaisance,
o l´encouragement du développement des ports de plaisance pour répondre à la demande croissante des bateaux de plaisance dans les eaux européennes,
o l´entretien de rapports influents avec les services gouvernementaux et la Commission Européenne,
o l´échange entre ses membres d´informations utiles concernant des sujets techniques, économiques et le management,
o les recherches en vue d´une harmonisation de la législation s´appliquant aux ports et aux bateaux de plaisance en Europe,
o la mise en place de nouvelles réglementations pour la protection de l´environnement marin. 

Euromarina prodigue de nombreux conseils à ses membres et leur offre une assistance étendue. Chacun d´eux reçoit la revue Euromarina Review et peut accéder directement au site Web : www.euromarina.org 

Du fait de sa diffusion européenne à plus de 5.500 exemplaires et de son relais sur le site internet de la Fédération, la revue est un excellent support de communication à la disposition des ports de plaisance. 

Chiffres-clés des ports de plaisance en Europe 

1.500.000 anneaux dans les installations nautiques d´Europe
4.000 ports de plaisance
6.000.000 bateaux en Europe
Une croissance annuelle de la demande en bateau de 2,6 % 

o Multiplicateur économique pour les villes :
- Ports sans vocation touristique : entre 2 et 10
- Avec vocation touristique : entre 10 et 15
o Augmentation de la valeur du parc immobilier :
- + 5 % à 20 % pour les propriétés en accès direct au port
- jusqu´à 200 % pour les marinas
o 200 EUR dépensés par bateau et par nuitée
o Emplois directs générés : 3 pour 100 anneaux
o Emplois indirects induits : 12 pour 100 anneaux
o Estimation de 45.000 emplois directs en Europe et 180.000 emplois induits 

6ème journée FFPP - Palais du Luxembourg - 9 novembre 2007

Compte tenu du succès de la journée FFPP 2006 où ont été exposées les principales activités et problématiques des ports de plaisance européens, la Fédération Française des Ports de Plaisance prolonge cette année, en partenariat avec la Fédération Européenne des Ports de Plaisance, Euromarina, la réflexion déjà entamée au niveau européen. Les débats s´orienteront vers le rôle de l´élu et des conséquences et retombées économiques de son choix de gestion. 

Les mots du Président de la FFPP, Serge Pallarès 

Le 9 novembre prochain, Acte II des ports de plaisance en Europe, le 6ème colloque organisé par la Fédération Française des Ports de Plaisance aura pour thème les conséquences économiques sur les territoires. 

Nous sommes entrés de plein pied depuis quelques années dans le grand marché européen. Entre les élus, les responsables publics et privés le territoire semble aujourd´hui devenir une composante obligée de la définition d´une politique performante d´aménagement économique et touristique. 

Cette journée est conçue avant tout comme devant être celle d´un échange d´expérience, riche en confrontation de projets. 

La politique maritime de l´Union Européenne vise, conformément à la stratégie de Lisbonne, à établir un équilibre entre les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable. 

Au cours des débats, nous allons modestement apporter notre pierre à la construction maritime Européenne. 

Quels choix de gestion dans les ports de plaisance ? 

En France, depuis la création des premiers ports de plaisance, le contexte juridique et financier a profondément évolué. De nombreuses contraintes sont venues se greffer à leur financement. 

Il est impossible de coupler la création de places de port à des opérations immobilières, les investisseurs privés sont frileux aux vues des délais de rentabilisation des investissements. Suite aux vagues de décentralisations consécutives, l´Etat a fini par se retirer complètement au niveau de l´exploitation ainsi qu´au niveau financier. Enfin, les critères de protection de l´environnement demandent des investissements supplémentaires et sont un facteur fortement contraignant (loi littoral, lois sur l´eau...). 

Cependant, les ports continuent de susciter les convoitises. Les retombées positives qu´ils génèrent en font des outils importants du développement économique local. 

L´intérêt de la création de places de ports dans un contexte de rareté est évident. 

Quels sont donc les outils qui permettront aux élus et aux délégataires privés de financer et gérer au mieux les coûteux ouvrages portuaires en France ? La question mérite d´être posée. 

Dans le reste de l´Europe, les modalités d´exploitation et de financement sont spécifiques pour chaque pays. La France n´aurait-elle pas intérêt à s´inspirer des pratiques de ses voisins ? En est-elle capable ? Pourquoi peut-on ailleurs en Europe et dans le monde créer des ports de plaisance ? Les difficultés rencontrées sont-elles les mêmes qu´en France ? 

Il est clair que le rythme de développement des « marinas » à l´étranger est différent du nôtre. 

Les retombées économiques des ports de plaisance sur les territoires 

Les ports de plaisance ne sont pas uniquement des parkings à bateaux. Un service est offert aux plaisanciers tout au long de l´année entre accueil, météo, mises à l´eau, avitaillement, laveries ou sanitaires... C´est un lieu de vie toujours au coeur de décisions politiques importantes. 

Mais un port de plaisance a également un rayonnement économique qui dépasse largement les limites administratives de la concession. 

La création de 100 places de port génère 1 emploi direct et induit
10 emplois. Un plaisancier dépense en moyenne 200 EUR par nuitée. La plaisance a donc un réel impact sur l´économie locale. Un port de plaisance de part ce biais devient un élément structurant de l´économie d´une ville. Le développement d´une activité portuaire entraîne l´ouverture de commerces en lien ou non avec la plaisance, cafés, restaurants, hôtels. Des résidences et des marchés sont aussi généralement implantés pour la vie quotidienne. 

Le port devient ensuite un pôle d´attractivité touristique. Il véhicule du rêve. C´est un lieu à visiter et où les gens peuvent se promener. Le port doit donc être animé. 

Aujourd´hui la FFPP et Euromarina ont pris conscience de cet état de fait et veulent aller plus loin encore dans cette démarche. C´est pourquoi, elles lanceront lors de la journée FFPP au Palais du Luxembourg le 9 novembre, le programme Odyssea. 

L´objectif de ce programme est simple : « allier la richesse des terroirs et des régions françaises avec le potentiel touristique des cités portuaires afin de créer des destinations uniques ». Le programme va aussi permettre de jouer la carte de la solidarité intersectorielle en incitant les touristes à découvrir l´arrière-pays. 

Odyssea : Une vision européenne des océans et des mers 

Durant la 5ème Journée de la Fédération Française des Ports de Plaisance organisée en collaboration avec la Fédération Européenne des Ports de Plaisance, Euromarina et célébrée le 10 novembre 2006 au Palais du Luxembourg de Paris, siège du Sénat français, ont été abordées les problématiques liées aux Ports de Plaisance en Europe. 

Durant cette journée, les autorités et les acteurs portuaires, publiques et privés présents ont mis en évidence l´indispensable promotion d´une coopération dynamique entre les différentes Régions des Pays membres de l´Union Européenne. 

Ont été mises en évidence les synergies naissantes avec le développement des ports de plaisance et le tourisme nautique, en harmonie avec les principes de libre circulation des personnes, des biens et des services dans l´espace maritime terrestre et fluvial de l´Union Européenne. 

Trois axes fondamentaux ont été énoncés pour la consolidation du rôle des villes et des sites portuaires dans le développement durable des territoires européens : une forte coopération et mise en réseau, des stratégies partagées et l´excellence de nouveaux services et offres dans les respects de l´environnement. 

Afin d´apporter des réponses aux questions et problématiques énoncées, l´initiative de la Fédération Française des Ports de Plaisance, a permis de définir et développer sur la base desdites idées maîtresses, un ambitieux concept de développement territorial durable d´envergure européenne qui prend en compte l´interface terre-mer et intègre la mer, les ports et les terroirs, éléments de valorisation des ports de plaisance et des filières agricoles, touristiques et maritimes situées à proximité de ces infrastructures : 

« Port & Terroirs, Comptoir Culturel. Une vision future qui intègre la Mer, les ports et les terroirs » 

Une phase expérimentale sur ce principe de développement territorial durable a débuté dans les régions françaises : Languedoc-Roussillon, Provence Alpes Côte d´Azur, Corse, Bretagne.
A l´occasion du Salon Mondial du Tourisme de Paris en mars dernier, le Ministre français des Transports, de l´Equipement, du Tourisme et de la Mer, a indiqué au président de la Fédération Française des Ports de Plaisance que ses services appuieraient tout particulièrement ce concept de développement territorial durable en le déclarant Projet d´Intérêt National. 

Cette reconnaissance s´inscrit dans la continuité des propositions apportées en décembre 2006 au Premier Ministre français par un groupe d´experts, appelé « Groupe Poséidon ». Sous la forme d´un rapport s´articulant autour de trois éléments clés pour une politique maritime intégrée au niveau européen, le concept de développement territorial durable « Port & Terroirs, Comptoir Culturel. Une vision future qui intègre la Mer, les Ports et les terroirs » retient et valorise : 

- la contribution du monde maritime à l´économie, à la croissance et à l´emploi notamment par l´innovation et la compétitivité.
- la protection et la mise en valeur du patrimoine naturel maritime.
- Un sentiment d´identité commune dans le respect du principe de subsidiarité. 

La Fédération Française des Ports de Plaisance a confié à la Fédération Européenne des Ports de Plaisance, Euromarina, une mission de délégation pour présenter une contribution au Livre Vert de l´Union Européenne en suggérant l´intégration de ce concept de développement territorial durable et pour recommander la mise en place d´outils de développement sur la base dudit support conceptuel. 

A partir de ce dernier, il convient de définir un programme destiné à favoriser autour des bassins maritimes du littoral méditerranéen et océanique, les synergies entre les activités menées au niveau des États membres, des régions, des communes portuaires et des acteurs locaux liés à leur terroir. 

C´est dans cet esprit qu'à l´occasion de la 2ª European Marina Conference, se sont réunis à Palma de Majorque (du 30 avril au 2 mai 2007), plus de 200 congressistes et 25 associations et fédérations européennes locales, régionales et nationales des Ports de Plaisance. 

Toutes ont souscrit la Déclaration de Palma de Majorque - Acte Fondateur du concept de développement territorial durable « Port & Terroirs, Comptoir Culturel. Une vision future qui intègre la Mer, les Ports et les terroirs » qu´ils ont baptisé Odyssea ®. 

La Fédération Européenne des Ports de Plaisance se réjouit de voir ainsi soulignée la place des activités liées à la mer, qui avait été mise en avant dans la contribution commune franco-espagnole portugaise du 27 avril 2005 et que le Livre Vert souligne également lorsqu´il aborde le concept de développement territorial et le principe de politique intégrée précisant ainsi qu´il est nécessaire de ne pas dissocier les problématiques maritimes des problématiques terrestres. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter