23/12/2013


X Voiles - Doublé historique de X Voiles sur la Mini Transat

C’est une première dans l’histoire de la Mini Transat. Pour la première fois depuis 1993, les deux vainqueurs de l’épreuve, en proto et en série, sont équipés de voiles fabriquées par la même voilerie : X Voiles.

Christophe Brechi 

Bien sûr, c’est avant tout à leur talent que Benoit Marie, chez les protos, ou Aymeric Belloir, en série, doivent leur victoire mais, comme s’amuse Aymeric : « elles ne doivent pas être mauvaises si on gagne des courses avec ! ». Pour Benoit, qui a découvert la marque lors du Nautic 2012, la collaboration a sonné comme une révélation. « Je suis particulièrement exigeant et quand j’ai reçu ma Grand Voile, j’étais étonné : elle était parfaite, je n’ai eu que quelques réglages à faire ! ». Les deux skippers saluent l’investissement sans faille d’une équipe qui ne laisse jamais une question sans réponse. « Même quand on arrive avec un petit projet mini, ils se mettent dedans et se débrouillent toujours pour démêler les choses » explique Aymeric. « X-boy » depuis trois ans, il apprécie avoir trouvé des voiles combinant performance et fiabilité. « Nous avons la même philosophie. On ne cherche pas forcément les voiles les plus légères mais on veut qu’elles tiennent le coup » explique t’il qualifiant Lionel Imbert, Jean-Yves Jaffrezic et Stéphane Bérranger d’ « esthètes du compromis ». C’est d’ailleurs encore à l’esthétique que Benoit fait référence quand il dit qu’il a toujours eu la certitude « d’avoir les plus belles voiles de la flotte ». Grâce à ce doublé historique, XVoiles démontre une fois de plus son expertise dans le domaine de la course au large. Ces deux trophées, qui ne sont petits que par la taille des bateaux, seront mis à côté des victoires déjà obtenues sur le Vendée Globe, la Route du Rhum et sur les précédentes Mini Transat. 

Interview de Benoit Marie, vainqueur dans la catégorie proto 

« Quand nous avons commencé à travailler ensemble, je leur ai dit que j’avais une condition : que tout ce que je demande soit accepté. Je voulais également avoir une deuxième version sur au moins deux voiles et c’est ce qu’ils ont fait. On a navigué ensemble, essayé des voiles. Quand j’ai reçu ma Grand Voile, j’étais étonné. Elle était parfaite après seulement quelques réglages et le spi max était lui aussi parfait. On a misé sur la fiabilité et la facilité. Après une transat, je n’ai aucune déchirure alors que j’ai tiré dessus comme un âne. Je ne sais pas la part des voiles dans ma victoire mais ce qui est sûr, c’est que tu ne gagnes pas une transat avec des mauvaises voiles. Les voiles sont le moteur du bateau et j’avais confiance à 100 %. C’est au-delà de la performance. J’avais une confiance absolue et je me suis toujours dit que j’avais les plus belles voiles de la flotte. Personnellement, j’ai passé beaucoup de temps dans la préparation mais, si tu fais confiance à Jean-Yves, il va te sortir un excellent jeu de voiles. » 

Interview d’Aymeric Belloir, vainqueur dans la catégorie Série 

« Je suis très content de mes voiles et elles ne doivent pas être mauvaises puisqu’on gagne des courses avec ! Ce que j’apprécie surtout chez XVoiles, c’est l’ambiance de travail. On a de petits budgets mais ils s’investissent beaucoup et Jean-Yves navigue souvent avec nous. C’est quelque chose que je ne trouvais pas chez mes précédents voiliers. Même quand on arrive avec un petit projet mini, ils se mettent dedans et se débrouillent toujours pour démêler les choses. Ils sont tous autant investis qu’il s’agisse de Lionel, de Jean-Yves ou de Stéphane, qui est la cheville ouvrière de la structure et qui répond toujours présent. Nous avons la même philosophie. On ne cherche pas forcément les voiles les plus légères mais on veut qu’elles tiennent le coup. Dans la course au large, il faut créer du compromis et ce sont des esthètes du compromis. Leur grande force, c’est le relationnel et le contact avec les clients et ça me fait très plaisir de leur offrir cette victoire sur la Mini Transat. » 

Interview de Lionel Imbert 

« La collaboration avec Benoit est récente puisqu’elle date du Nautic 2012. L’impulsion est venue de son partenaire, alors que lui avait déjà un voilier. Nous avons dû lui montrer que l’on savait faire et créer un lien de confiance. Avec Aymeric, la collaboration est plus ancienne et constitue une sorte de partenariat. Nous avons développé avec lui beaucoup de voiles et c’est avec celles-ci qu’il a gagné Les Sables – Les Açores – Les Sables l’année dernière. On est très satisfaits des produits développés pour cette Mini Transat et ça c’est fait grâce à un suivi personnalisé, comme on le fait quasiment tout le temps. On ne fait sûrement pas les voiles les plus légères mais en fiabilité, nous n’avons pas eu de problème. Quand on voit les photos, on a l’impression que les bateaux sortent de la baie, pas qu’ils viennent de traverser l’Atlantique. » 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter