08/03/2009


Maxi Banque Populaire V - Un équipage taillé pour l´aventure

La Route de la Découverte, Cadix (Espagne) - San Salvador (Bahamas), temps à battre : 7 jours 10 heures 58 minutes 53 secondes.

KEVIN ESCOFFIER

27 ans - En couple, un enfant
Responsable du Bureau d´Etude au sein du Team Banque Populaire
Barreur / régleur 

Dès son plus jeune âge, ce jeune malouin accompagne Franck-Yves son père dans son métier de marin pêcheur et enchaîne les navigations à bord du voilier familial. C´est pourtant vers le rugby que Kévin se tourne dans un premier temps. Si son coeur penche d´abord vers ce sport, il laisse progressivement la régate s´installer dans sa vie. Il participe alors à ses premières confrontations en Class 8 ou en Bénéteau 25. Au fil des participations de son père Franck-Yves à la Solitaire du Figaro, Kévin intègre cet univers particulier et se découvre une passion et une vocation. A 19 ans, il quitte son port d´attache pour décrocher cinq ans plus tard un diplôme d´ingénieur mécanique des matériaux et des structures dont deux ans passés dans une université canadienne. Une formation qu´il complétera par un cursus américain. Son sujet de fin d´étude porte sur le Trimaran Géant de Michel Desjoyeaux et son entrée dans l´écurie de course du marin achève de lui transmettre le virus de la course au large. Il s´engage ensuite dans l´aventure Crêpe Whaou ! en assurant le suivi de construction avant de poser son sac chez PRB au sein de l´équipe de Vincent Riou. Mais pendant cette période professionnelle chargée, la régate ne perd pas pour autant ses droits. Avec son père, il dispute et remporte la Transat Jacques Vabre 2005, à bord de Crêpes Whaou ! La même année, Pascal Bidégorry s´impose en trimaran 60 pieds à la barre de Banque Populaire IV. En 2006, il intègre le Team Banque Populaire au sein duquel Pascal et Ronan Lucas lui confient la responsabilité du bureau d´étude. Acteur clé de la construction du Maxi Banque Populaire V, il sera du premier record, des premières sensations en course et des premières émotions du grand large... 

Trois questions à Kéviri Escoffier... 

Quel souvenir gardes-tu de ta première transatlantique ?

« C´était la course Québec-Saint-Malo, que je disputais avec mon père à bord du trimaran Deléage-Diazo. Un superbe parcours : une navigation passionnante dans le Saint-Laurent et une course vers Saint-Malo, donc forcément vers du beau. J´en garde un très bon souvenir ». 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« Battre le record forcément ! Si la météo est de notre côté et que nous ne faisons pas trop de bêtises, il est normalement à notre portée. D´un point de vue technique, ce premier record va nous permettre de valider que le bateau va bien et qu´il est fiable. Mais le sentiment qui domine est celui aussi d´être un privilégié. Participer à un record comme celui-ci à bord d´un bateau comme le Maxi Banque Populaire V est quelque chose d´exceptionnel. J´ai beaucoup de chance de pouvoir concilier mon travail au bureau d´étude et ma casquette de navigant au sein du Team Banque Populaire. » 

Que t´évoque La Route de la Découverte ?

« La découverte attendue d´un bateau dans lequel toute l´équipe s´est énormément investie. A titre personnel, ce sera la deuxième fois que j´arriverai en course dans un port nommé San Salvador... la première fois c´était au Brésil et en vainqueur... » 

YVAN RAVUSSIN

43 ans - Deux enfants
Chef de quart 

C´est à l´eau douce qu´a été baptisé le suisse du bord et sur le lac de Genève qu´il a tiré ses premiers bords en compagnie de son père, puis de son jeune frère Stève. Très vite le natif d´Epalinge se prend au jeu de la régate et alterne entre compétitions en 470 en double avec son père et confrontations en planche à voile. Ses bons résultats l´amènent à voir double et le propulsent numéro un sur un catamaran de lac, puis sur le championnat de monde des Formule 40 avec Claude Felhman. Il découvre alors l´ambiance « Port La Forêt » au contact de Michel Desjoyeaux ou Jean Le Cam avec lesquels il croise le fer. Très vite, s´il pose son sac à bord de nombreux projets, il se lance également dans l´aventure de la construction de catamarans de sport. La rencontre avec les frères Bourgnon, deux autres célèbres helvètes, lui met un pied dans le monde de la course au large. Ses talents de marin mais aussi sa vision de constructeur font de lui un équipier recherché et séduisent Pascal Bidégorry qui en fait une pièce maîtresse de son équipage de Grand Prix. Ensemble ils disputent la Transat Jacques Vabre 2007. A l´aube de la première campagne de records à bord du Maxi Banque Populaire V, le choix d´Yvan Ravussin s´est imposé... comme une évidence. 

Trois questions à Yvan Ravussin... 

Quel souvenir gardes-tu de ta première transatlantique ?

« C´était une grande aventure ! C´était avec Yvan Bourgnon à l´occasion d´une Québec-Saint-Malo à bord de l´ex-Harris Wilson. Je suis arrivé quatre jours avant le départ et nous sommes partis sans grande préparation. Nous avons presque tout cassé à bord du bateau en accumulant une série de pépins sans fin. Nous avons eu du gros temps mais au final nous avons eu la fierté d´amener le bateau au bout, jusqu´à la ligne d´arrivée. J´en garde un grand souvenir ». 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« J´attends avant tout de voir le comportement du bateau en situation et de savoir où le Maxi Banque Populaire V se situe par rapport à la concurrence. Ce premier record va nous permettre de tester sa fiabilité. Il nous faudra faire des heures sur le bateau pour prendre confiance et cela commence par ce premier record. Nous allons également pouvoir mieux nous connaître à bord les uns les autres ». 

Que t´évoque La Route de la Découverte ?

« C´est un parcours sportif ralliant un bel endroit à un autre et je ne l´ai encore jamais fait. Ce sera une première. » 

SÉBASTIEN AUDIGANE

40 ans - En couple, trois enfants
Chef de quart 

La Rade de Brest aura été le premier jardin de Sébastien Audigane. Si les premières sensations de glisse sont partagées en famille, à la barre d´un corsaire retapé par son grand-père, très vite ce grand gaillard se tourne vers la régate. Le laser recueille alors ses suffrages et lui fait user ses fonds de ciré sous la houlette de Jean-Yves Le Déroff. En parallèle et au fil des régates brestoises, il s´initie avec succès aux confrontations en habitable en 1993 et remporte l´année d´après la Twenty´s Cup. Les partenaires manquent toutefois et Sébastien rejoint Yves Loday pour une préparation olympique en Soling dans la perspective des Jeux de 1996 à Atlanta. Suivront dix années de course au large couronnées notamment par une victoire d´étape dans la Solitaire du Figaro 2002. Le brestois se forge alors une solide réputation au large et devient un équipier incontournable. Jean Le Cam l´embarque sur son trimaran. A bord d´Orange 2, le maxi catamaran de Bruno Peyron, Sébastien devient en 2005 Je détenteur du Trophée Jules Verne. En 2006, Franck Cammas fait appel à son talent de barreur et à son expérience pour sa campagne de records. Il étoffe alors son escarcelle de chronos avec la Route de la Découverte, la traversée de l´Atlantique Nord et le record de vitesse sur 24 heures en équipage. En 2008, il est des premières navigations du Maxi Banque Populaire V et sera un acteur essentiel de l´équipage de la campagne de records. 

Trois questions à Sébastien Audigane... 

Quel souvenir gardes-tu de ta première transatlantique ?

« C´était lors de la Transat AG2R 1996 que j´ai disputé avec Joachim Montoriol. Je me souviens m´être dit quelques milles après le départ qu´il restait encore 2 500 milles à faire. Ca semblait long et c´est passé très vite. Du coup j´ai recommencé. » 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« Pouvoir utiliser le bateau à 100 % et du coup le connaître mieux pour en prendre toute sa mesure. » 

Que t´évoques La Route de la Découverte ?

« A ce qu´on considère comme la première traversée de l´Atlantique, celle de Christophe Colomb ». 

JÉRÉMIE BEYOU

32 ans - Marié, deux enfants
Deuxième barreur / régleur 

Enfant de la baie de Morlaix comme Ewen Le Clec´h, Jérémie Beyou fait également partie de la garde rapprochée de Pascal Bidégorry depuis de longues années. Plongé dans le bain de la navigation dès son plus jeune âge par l´entremise d´un papa passionné de voile, le jeune homme démontre très tôt un talent particulier pour la régate. L´apprentissage de Jérémie est académique et couronné à l´âge de 18 ans par un podium au championnat de France Espoir de dériveur. Après des débuts en Figaro en 1995, le finistérien va très vite devenir un acteur incontournable du circuit monotype en intégrant le fameux club des dix premiers du championnat de France de Course au Large en Solitaire trois ans seulement après ses débuts. Trustant toujours les places d´honneurs, Jérémie devra attendre 2005 pour réaliser une performance jamais encore égalée. Cette année là, aucune épreuve ne lui échappe et ce grand chelem lui permet notamment d´accrocher une victoire dans la Solitaire du Figaro et d´empocher le titre de Champion de France. Son parcours en Figaro lui laisse de grands souvenirs et de belles rencontres au rang desquelles figure celle de Pascal Bidégorry. Ensemble ils disputent la Transat AG2R 2000 et remportent la première étape. Quand le basque prend la barre du trimaran Banque Populaire IV, il embarque son ami sur les Grands Prix Orma et les courses au large et fait de lui son routeur sur la Transat Jacques Vabre. En 2006, Jérémie Beyou passe à la vitesse supérieure et voit ses envies de large se concrétiser sous la forme d´un superbe monocoque armé par son fidèle partenaire, Delta Dore. Après un démâtage dans la Barcelona World Race et une avarie de gréement le contraignant à l´abandon dans le dernier Vendée Globe, il entend bien prendre sa revanche à bord du Maxi Banque Populaire V. 

Trois questions à Jérémie Beyou... 

Quel souvenir gardes-tu de ta première transatlantique ?

« C´était sur la Transat AG2R avec GaëI Le Cléac´h. Cela me paraissait un peu insurmontable. J´étais tout jeune et je ne mesurais pas trop l´importance du périple. J´avais sans doute un peu d´innocence. Tout s´est très bien passé et j´ai emmagasiné pas mal d´expérience. » 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« J´aimerai vraiment qu´on accroche ce record. Je suis un peu en manque de belles conclusions en ce moment ! » 

Que t´évoque La Route de la Découverte ?

« Ce sera le début de la campagne. Un moment important pour tout l´équipage. » 

JEAN-BAPTISTE LE VAILLANT

47 ans - Marié, deux enfants
Barreur / régleur 

Maître voilier connu et reconnu, Jean-Baptiste Le Vaillant est également un redoutable compétiteur qui sème la terreur sur les plans d´eau du monde entier depuis de longues années. Équipier fidèle et quasi historique de Loïck Peyron, il est de tous les principaux faits d´armes en équipage du marin baulois qu´il retrouve en 2007 à l´occasion de la Transat Jacques Vabre que les deux compères disputent à bord de Gitana Eighty. Vainqueur de La Baule Dakar en 1983, du Raid en Mer de Chine à bord d´un Formule 18 en 1989, Jean-Baptiste est également l´un des équipiers les plus titrés de la Québec-Saint-Malo - entre autres courses - avec trois victoires à son actif. De Florence Arthaud à Karine Fauconnier en passant par Franck Cammas, le maître voilier a exercé ses compétences auprès de nombre des talentueux clients de la Voilerie Incidences de La Rochelle. En 2006, il est également de l´équipage d´Orange 2 qui empoche le record de la Traversée de l´Atlantique Nord, succès qu´il partage avec Pascal Bidégorry à bord du maxi catamaran de Bruno Peyron. En charge de la garde-robe du Maxi Banque Populaire V, Jean-Baptiste Le Vaillant aura un double rôle à bord à l´occasion de la Route du la Découverte. Barreur au sein d´un des trois quarts, il aura également un oeil expert et forcément très exercé sur le comportement des voiles. 

Trois questions à Jean-Baptiste Le Vaillant... 

Quel souvenir gardes-tu de ta première transatlantique ?

« C´était en 1982 à bord de Charente Maritime pour un record justement. Nous nous sommes arrêtés au milieu de l´Atlantique faute de vent pour continuer. Nous avons passe une journée à bord du bateau météo situé à 800 milles de La Rochelle dans le Nord des Açores. C´était sympa ! » 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« Mon objectif sera de faire en sorte d´avoir une bonne idée des modifications à apporter sur les voiles à l´issue du parcours. » 

Que t´évoque La Route de la Découverte ?

« J´ai fait la première Route de la Découverte en 1983 et je me rappelle de l´arrivée à Saint-Domingue. Je me souviens également d´une ascension dans le mât non loin de San Salvador. Je ne suis jamais retourné aux Bahamas depuis ! » 

MARCEL VAN TRIEST

44 ans - En couple
Navigateur embarqué 

A 44 ans, Marcel van Triest est certainement l´un des navigateurs embarqués les plus sollicités dans l´univers de la course au large. C´est en Hollande, son pays natal, qu´il s´initie à la voile et tire ses premiers bords, en dériveur d´abord puis en habitable. En 1989, il embarque pour son premier tour du monde et dispute la Whitbread à bord d´un bateau de même nationalité que la sienne. Le rêve de gosse devient réalité et le jeune homme qu´il est décide de s´accorder une année sabbatique... pour voir et pour répondre aux sollicitations qui se font de plus en plus nombreuses. Nous sommes en 1991, l´année de bien des succès pour Marcel qui abandonne alors ses études d´économie à l´université et profite alors de la professionnalisation progressive de la course au large pour tracer son sillage. Il bouclera cinq tours du monde, à l´occasion d´autant de participations à la course autour du globe en équipage avec escales. Il recrutera d´ailleurs Pascal Bidégorry pour une étape du grand sud qui se soldera par un démâtage mais qui laissera aux deux hommes l´envie de partager le même bord. C´est toutefois à l´an 2000, qu´il faut remonter pour voir la première rencontre entre le basque et le hollandais et à une saison de Grands Prix Orma disputée sous la houlette de Franck Cammas. Si Marcel van Triest est un équipier particulièrement recherché, il l´est tout autant pour ses qualités de marin que pour sa science de la météo et de la stratégie. Forgée au fil du temps et de ses expériences sur toutes les mers du monde, cette connaissance le conduit même il y a deux ans à créer une société de distribution de fichiers Grib. Ces fameuses données si précieuses dans l´art du routage. Navigateur hors quart sur la Route de la Découverte, il est, au même titre que Sébastien Audigane, détenteur du temps de référence à battre. 

Trois questions à Marcel Van Triest... 

Quel souvenir gardes-tu de ta première transatlantique ?

« C´était en décembre 1988 à bord d´un bateau hollandais, dans le cadre d´un prologue de la Withbread à l´époque. C´était d´ailleurs une Route de la Découverte, sauf que nous arrivions à Saint-Domingue. C´était une vraie découverte. Un rêve de gosse ! » 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« Ce sera pour moi la découverte de la machine Banque Populaire V. Mais aussi une course contre la montre et nous partons pour battre le record ! » 

Que t´évoque La Route de la Découverte ?

« Pour moi il s´agit d´abord d´un parcours technique et complexe d´un point de vue météo ». 

EMMANUEL LE BORGNE

31 ans
Barreur / régleur 

C´est à Brest qu´Emmanuel Le Borgne tire ses premiers bords et débute un apprentissage au format très classique pour un enfant de la rade : Optimist à l´âge de 7 ans, 420, 470 et en parallèle quelques expériences en Class 8 et sur le Tour de France à la Voile. S´il abandonne le dériveur en 2001, c´est pour embarquer sur la première campagne de Géronimo, le maxi trimaran d´Olivier de Kersauson. Il enchaînera avec les Formule I des mers que sont Bonduelle de Jean Le Cam ou encore La Trinitaine de Marc Guillemot. Sonne alors le début d´une longue et fructueuse collaboration avec Michel Desjoyeaux. Emmanuel embarque alors pour trois saisons à bord du trimaran 60 pieds Géant, puis pour deux sur le monocoque Foncia. C´est avec ce jeune homme discret mais ô combien talentueux que le Professeur décide de disputer la Transat Jacques Vabre 2007. L´association fait merveille et le duo s´impose à Salvador de Bahia. Mais la course au large n´est pas tout pour Emmanuel Le Borgne qui exerce depuis 2006 le métier d´expert maritime et de contrôleur qualité en matériaux composites ... à Brest. Arrivé au sein du Team Banque Populaire en 2008 à l´occasion des entraînements sollicités par Alinghi à bord de Banque Populaire IV, il est également de toute la phase de tests et des premières navigations du Maxi Banque Populaire V. 

Trois questions à Emmanuel Le Borgne... 

Quel souvenir gardes-tu de ta première transatlantique ?

« C´était en 2002 à l´occasion d´un convoyage de Mari Cha IV. J´ai surtout le souvenir d´un départ de Cherbourg sous la neige ! Mais celle qui m´a le plus marqué reste forcément ma première transatlantique en course, la Transat Jacques Vabre de 2007. C´était beaucoup pour une première ! » 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« Me familiariser avec un bateau sur lequel nous avons à la fois beaucoup et peu navigué. C´est agréable de le faire sur un tel parcours. J´ai également une grosse envie de prendre la mer avec cet équipage au sein duquel l´ambiance est vraiment très bonne ». 

Que t´évoque La Route de la Découverte ?

« Le premier record et la première grande navigation du bateau. Mais aussi la chance de pouvoir aller au soleil en hiver ! » 

FLORENT CHASTEL

38 ans
Numéro Un 

Il est la touche méditerranéenne de l´équipage du Maxi Banque Populaire V. C´est avec la croisière et les vieux gréements que ce provençal a forgé ses premières expériences de navigation. Au fil des rencontres et des opportunités, Florent Chastel se construit une bonne connaissance des maxi voiliers à bord desquels il devient gréeur-navigateur. Mari Cha III, Innovation Explorer, Club Med et les maxi catamarans de Bruno Peyron seront ses terrains de jeu au fil des ans. En 2001, le sudiste se présente aux sélections du syndicat français pour la Coupe de l´América et ses talents sur la plage avant lui offrent un ticket pour les actes disputés en 2004. 2002 marque le début de la belle histoire entre Florent et le Trophée Jules Verne. A bord d´Orange, il décroche le temps de référence. Touche à tout de talent, il se voit proposer l´expérience des trimarans Orma par l´entremise de Jean Luc Nélias. 2006 lui permet d´écrire une nouvelle page de son histoire avec le tour du monde en équipage et d´améliorer le temps de référence qu´il détenait, avec l´équipage d´Orange 2... toujours sous la houlette de Bruno Peyron. Il partage toujours de chrono avec Sébastien Audigane qu´il retrouvera à bord du Maxi Banque Populaire V. La même année, le défi China Team le recrute et lui permet de poursuivre son aventure avec la Coupe. Il disputera plusieurs actes avec le syndicat chinois entre 2006 et 2007. En parallèle, il intègre le Team Banque Populaire et séduit Pascal Bidégorry par ses compétences à terre et en mer. Quand débute la construction du Maxi Banque Populaire V, Florent endosse le rôle de responsable de l´atelier gréement et prend en charge la répartition des quatre kilomètres de bout qui trouveront place à bord du trimaran géant. Son expérience du large et sa connaissance du support l´ont logiquement imposé comme une valeur sûre de l´équipage de la campagne de records. 

Trois questions à Florent Chastel... 

Quel souvenir gardes-tu de ta première transatlantique ?

« Un très bon souvenir ! C´était entre La Rochelle et Saint-Barthélémy à bord de Mari Cha III en 1997. On a connu de pires conditions pour une première. L´ambiance à bord était luxe et joli bateau ! » 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« Me faire plaisir sur l´eau à bord d´un bateau qui va bien. La cerise sur le gâteau sera d´accrocher le record... » 

Que t´évoque La Route de la Découverte ?

« C´est non seulement un parcours sportif intéressant mais aussi une route mythique d´un point de vue historique ». 

CHARLES CAUDRELIER

34 ans - Marié, un enfant
Barreur / régleur 

Officier de Marine Marchande, Charles Caudrelier est tombé tout petit dans la marmite de la course au large. En grandissant à quelques encablures de Port-la-Forêt, difficile en effet pour le jeune homme naturellement versé vers la voile, d´échapper à cette passion. Après des débuts à bord du voilier familial, un Figaro acheté par son père, et une fois son diplôme en poche, Charles intègre en 1999 le centre d´entraînement Finistère Course au Large. La même année il remporte le classement des bizuths sur la Solitaire du Figaro. Suivent alors plusieurs saisons fastes à bord du monotype marquées notamment par une troisième place entre Saint-Nazaire et Dakar avec un certain... Pascal Bidégorry ! En 2004, Charles laisse définitivement sa patte sur le circuit Figaro en remportant la Solitaire. La saison d´après, il devient navigateur à bord de Banque Populaire IV à l´occasion des Grand Prix Orma. Ses talents de stratège poussent alors le marin basque à le choisir comme routeur à l´occasion de la Route du Rhum 2006. En 2007, le finistérien est sollicité par Marc Guillemot pour disputer la Transat Jacques Vabre à ses côtés à bord du monocoque Safran. Ensemble ils termineront en deuxième position. La même année, il est le skipper du tour de reconnaissance de la Solo Océane à bord du monotype Bostik. Il effectuera, en équipage réduit, un demi-tour du monde, entre la Normandie et la Nouvelle-Zélande. Riche de cette nouvelle expérience, Charles Caudrelier retrouvera son complice Pascal Bidégorry à l´occasion de la Route de la Découverte. 

Trois questions à Charles Caudrelier... 

Quel souvenir gardes-tu de ta première transatlantique ?

« C´était la plus dure ! La Transat AG2R 2000 avec Tanguy Lesselin. Ca a été le pire moment pour moi en mer. J´étais malade, les conditions étaient très musclées et je manquais d´expérience. Au final ça m´a endurci et donné envie de repartir. » 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« Découvrir ! Les bateaux comme le Maxi Banque Populaire V ont besoin d´espace pour s´exprimer. C´est au large qu´ils prennent toute leur dimension. » 

Que t´évoque La Route de la Découverte ?

« Le premier des records du Maxi et certainement le plus agréable. Tu pars du chaud, tu traverses les alizés et tu vas vers le chaud ! » 

EWEN LE CLECH

37 ans - Marié, deux enfants
Boat captain des Trimarans Banque Populaire
Numéro Un 

C´est vers la planche à voile que cet enfant de la Baie de Morlaix penche dès son plus jeune âge, avant de tirer ses premiers bords en 420 avec son frère. Viennent ensuite les régates en 470, des participations aux championnats de France, d´Europe et du Monde. Ewen décroche alors une carte de membre de l´équipe de France Espoir et découvre dans le même temps les sensations à bord de voiliers habitables. Les études ne passionnent pas le jeune homme qui, avec la compréhension de ses parents, laisse sa passion prendre le dessus. Son voisin de Carantec, Bruno Jourdren, lui met le pied à l´étrier de la course au large en l´embarquant en Class 8 et en Figaro. Ewen passe alors ses étés à faire de l´assistance sur la Solitaire du Figaro avant, en 1996, de la disputer en tant que coureur sous les couleurs du Pays de Morlaix. Cette même année il s´aligne au départ de la Transat AG2R en compagnie de Loïc Gallon. Contaminé par le virus du monotype il décide d´y poursuivre son sillage, mais change de voie faute de partenaire. Il intègre alors la voilerie Incidences au sein de laquelle il restera trois ans. A cette époque, il navigue à bord du trimaran La Trinitaine de Marc Guillemot, avant de rejoindre l´équipe d´Alain Gautier et le multicoque Foncia pour trois saisons. Son talent n´échappe a personne et après un chavirage de Franck Cammas non loin de chez Ewen, le navigateur l´engage comme boat captain. Il y restera trois ans avant de rejoindre le Team Banque Populaire, d´abord pour s´occuper du 60 pieds, et depuis sa mise à l´eau pour veiller sur le Maxi Trimaran. 

Trois questions à Ewen Le Clech... 

Quel souvenir gardes-tu de ta première transatlantique ?

« C´était la Transat AG2R, une course dure et longue avec du mauvais temps qui s´est éternisé. Il faisait froid, nous avons donc été tentés de beaucoup manger et nous n´avions plus rien à l´arrivée. J´ai beaucoup appris sur le relationnel et l´importance de partir avec quelqu´un avec qui on est sur la même longueur d´ondes, ce qui était justement le cas pour Loïck Gallon et moi. » 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« Ce sera la concrétisation du projet. Le premier galop d´essai du bateau grandeur nature. On va passer de l´essai à la recherche de performance pure. Ce sera une transatlantique de glisse et forcément le parcours idéal pour le premier record du Maxi Banque Populaire V. Mais au-delà de ça, j´attends aussi des moments de plaisir. Ils seront fugaces mais ce sont souvent ceux qui ont le plus de saveur. » 

Que t´évoque La Route de la Découverte ?

« C´est un parcours très symbolique. J´essaie de m´imaginer Christophe Colomb et ses troupes partant pour l´inde et surtout pour l´inconnu. J´ai beaucoup d´admiration pour les hommes qui ont découvert notre monde. » 

ANTOINE GAUTIER

27 ans - En couple
Membre du Bureau d´Etude du Team Banque Populaire
Régleur 

S´il est bien un membre du Team Banque Populaire tombé dans le bain de la course au large dès son plus jeune âge, c´est Antoine Gautier. C´est à Concarneau que ce membre du bureau d´étude tire ses premiers bords. Avec des parents maîtres voiliers, un oncle, Alain, vainqueur du Vendée Globe, une soeur Morgane, championne du monde de Match Racing, la voile est une affaire de famille chez les Gautier. Passé l´apprentissage à l´occasion des premières croisières sur le bateau de ses parents, Antoine trouve légitimement sa place à bord du Mumm 30 « Ile de France ». Jimmy Pahun l´embarque alors sur huit éditions du Tour de France à la Voile au cours desquelles il terminera systématiquement dans les quatre premiers. 

C´est à cette époque qu´il rencontre Pascal Bidégorry, Jérémie Beyou, ou encore Nicolas Troussel. Au contact de ces derniers, Antoine progressera et se taillera l´étoffe d´un régatier. Dans le sillage de son oncle Alain, il dispute à son bord deux saisons de Grand Prix en multicoques, puis en Décision 35 et enfin en Farr 40. En parallèle à un chemin bien dessiné en matière de compétition, le jeune homme est aussi une tête bien faite. Après deux années en IUT à Brest, il rallie l´Angleterre pour y passer un diplôme d´architecte naval et un Master qu´il terminera en 2005. 

Sitôt quittés les bancs de l´école, Pascal Bidégorry et Ronan Lucas flairent le talent chez ce garçon et lui proposent d´intégrer le Bureau d´Etude du Team Banque Populaire. Le caractère enjoué et les qualités de marin d´Antoine Gautier lui permettent aujourd´hui de trouver sa place à bord du Maxi Banque Populaire V à l´occasion du premier record. Il sera le benjamin de cette équipe et s´attaquera à sa toute première Transatlantique. 

Trois questions à Antoine Gautier... 

Comment te sens-tu à la veille de ta première transatlantique ?

« Il n´y a pas d´appréhension particulière. Ce sera effectivement une première pour moi, mais au-delà du fait de traverser l´Atlantique, je vois d´abord la durée du défi. Si tout va bien et que nous ne rencontrons aucun problème, ce sera ma première transatlantique mais pas la plus longue de mes navigations ». 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« Nous allons avant tout chercher une aventure humaine. Ce n´est pas forcément évident de se battre avec le chrono pour seul adversaire. Le paramètre humain et l´entente entre nous tous seront primordiaux. Je vois également le plaisir que nous allons certainement avoir à naviguer sur un parcours qui offre généralement des conditions idéales. Et puis il y a bien sûr la Découverte que nous attendons tous ! » 

Que t´évoque La Route de la Découverte ?

« Christophe Colomb ! Il a ouvert la voie... » 

PHILIPPE TOUET

46 ans
Marié - Deux enfants
Barreur / régleur 

Originaire de Grenoble, Philippe Touet est initié à la voile dès l´âge de cinq ans et n´a depuis cessé de naviguer. Etudiant en mathématiques et sciences physiques à Marseille, il y côtoie les Class América. Il posera son sac à bord des bateaux de la Coupe pendant dix ans. Si la navigation et la régate sont son moteur, il se passionne également pour les voiles. Père de famille, il décide de passer plus de temps à terre et entre alors à la voilerie Incidences de La Rochelle en tant que commercial, après une décennie passée à bord des plus belles unités de course. Mais sa « sédentarisation » ne le laisse pas sans embarquement pour autant et ses talents de marin alliés à son expertise des voiles lui permettent de trouver place à bord du trimaran de Franck Cammas pour les Grands Prix Orma. Il y rencontre alors Pascal Bidégorry avec lequel il se lie d´amitié. La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V sera le premier record de sa carrière. 

Trois questions à Philippe Touet... 

Quel souvenir gardes-tu de ta première transatlantique ?

« C´est en 1984 avec des Italiens à l´occasion de la Transat des Alizés. J´en garde un excellent souvenir, face au soleil ! » 

Qu´attends-tu de ta participation à La Route de la Découverte à bord du Maxi Banque Populaire V ?

« Battre le record sera bien entendu une priorité. Mais j´ai aussi et surtout des attentes humaines. J´ai hâte de voir comment cela va sa passer avec tout ces garçons à bord. » 

Que t´évoque La Route de la Découverte ?

« Christophe Colomb, forcément ! »
 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter