19/07/2008


Raid en Croatie

La grande aventure en Croatie à 1 h 50 de Paris !

Amis baroudeurs, la grande aventure vous attend en catamaran de sport type Hobie cat 16 à seulement 1 h 50 d´avion de Paris, c´est en Croatie et c´est dans le magnifique Parc National des Kornatis. 

L´identité Croate, aussi complexe que sa position géographique, s´est construite autour de la domination étrangère, continuellement combattue. Celle des empires franc ou byzantin, celles des Habsbourg ou de Napoléon, de la Sublime Porte ou du Reich nazi, pour finir en version Yougoslave, avec une version assez soft de l´utopie communiste.
 

Une longue litanie de soulèvements, de guerres et de complots a marqué l´histoire nationale : de la révolte du prince croate Ljudevt Posavski contre les francs (819 - 822) à la grande insurrection paysanne contre les violences féodales, menée par Matija Gubec (1573), du complot des Zrinski Frankopan (1664 - 1671) dirigé contre le centralisme  

et le germanisme des Habsbourg aux guerres contre les appétits territoriaux des Ottomans, des Magyars ou des Vénitiens. Plus récemment, ces luttes se sont incarnées, dans la résistance yougoslave à l´occupation allemande et italienne, sous l´autorité de Josip Broz, dit Tito (lui-même d´origine croato-slovène), fondateur de la deuxième Yougoslavie. Tito fédère les six républiques yougoslaves et impose un régime communiste. Après sa mort en 1980, les nationalistes se durcissent jusqu´à l´explosion de la fédération en 1991. De l´ex Yougoslavie naîtront la Croatie, la Slovénie, la Bosnie Herzégovine, la Serbie et le Monténégro et la Macédoine.
 

Voilà pour le paragraphe historique, passons à la Croatie proprement dite ! Avec plus de 5.800 km de côtes, dont 4.000 pour ses 1.185 îles, habitées ou non, éparpillées au large du pays, la Croatie occidentale doit maintes facettes de son identité et une bonne partie de ses ressources à la mer... Dans les faveurs du climat méditerranéen, nous allons profiter de ses innombrables plages de rochers, de galets ou de sable, et du cadre romantique de ses petits ports de charme. Entre deux mouillages, au gré du vent, nous sillonnerons le parc pour notre plaisir et notre plus grand bonheur de goûter à des vacances bien méritées, et de les partager avec une équipe d´aventuriers bien sympathiques.
 

Rendez-vous à Paris RCG vers les 3 h du matin pour un embarquement à 4 h 00. Malgré l´excitation que nous ressentons de quitter la capitale et de nous envoler vers l´aventure tant recherchée, autant vous dire qu´il nous faudra des allumettes pour maintenir nos yeux ouverts. La nuit sera blanche mais qu´importe, l´aventure, c´est l´aventure !  

1 h 50 de vol plus tard, nous atterrissons au petit matin à Split où nous récupérons une navette qui nous emmène à Pakostane, point de départ de notre raid. C´est l´occasion de nous présenter, il y a Christian et Florence, un charmant couple d´aventuriers, Philippe, l´amoureux et grand connaisseur de la nature, et Thierry, grand habitué des raids Hobie cat Aventure à travers le monde, tous parisiens ! Sur place nous rencontrerons Sylvain (un français) et Manuella (une autrichienne) qui vivent en Suède et sont en vacances pendant 3 semaines en Croatie, les veinards !
 

Temps magnifique, ciel bleu, voilà qui s´annonce bien ! A peine arrivé, notre petit groupe pose les sacs à terre et se dirige vers les Hobie cat 16, histoire de jeter un coup d´oeil : ils sont en parfait état et semblent nous attendre. Hobie cat Aventures a récemment renouvelé toute une partie de sa flotte. 

C´est l´occasion de faire la connaissance de notre guide Sébastien, ancien accompagnateur des raids en Suède et en Thaïlande, et fidèle à Hobie cat Aventures. Il vient d´arriver en Croatie et, après une reconnaissance les jours précédents, il va faire avec nous son premier raid local ! Autant vous dire que nos avis lui seront très importants pour ses prochains circuits ! Le but de ce genre de randonnée est d´essayer  

de découvrir des endroits pittoresques, et accessibles uniquement en cata de sport. Nous commençons par nous présenter les uns les autres, niveau de pratique, raids déjà effectués ; il faut dire que nous sommes tous des amoureux de la nature et que nous avons presque tous déjà plusieurs raids Hobie cat Aventures à notre actif : Turquie, Thaïlande, Seychelles, Sierra Leone, Suède ; quand on connaît, on apprécie et on en redemande !  

Sébastien nous présente la carte nautique locale et nous expose son programme de navigation, entre deux bâillements et dix paupières qui se ferment, nous sommes tous et unanimement d´accord avec lui ! Présentation des caractéristiques locales, des vents : le Maestral de NO, le Jugo de SE, la Bura de NE et la Tramontana de N qui est un vent descendant des montagnes, puis viendront d´autres appréciations locales comme le climat, ...
 

Ce groupe semble homogène et très sympathique, c´est de bon augure pour la suite ! Étant arrivé avec 12 h d´avance sur le programme établi, compagnie aérienne oblige, nous allons pouvoir visiter Pakostane dans le détail : la Marina, la rue principale, la place, les commerces, la plage importante pour faire la sieste et récupérer de la nuit blanche, puis du café, là, il y a le choix ! C´est aussi l´occasion de changer nos Euros en Kuna, la monnaie Croate. Soirée dans un super restaurant puis nuit chez l´habitant par petits groupes. Nous avons hâte de commencer cette aventure.
 

Rendez-vous le lendemain matin pour un petit déjeuner dans un café de la marina, où Sébastien nous briefe pour le programme de la journée. Nous allons commencer par regrouper et préparer le matériels : bouteille de gaz, vaisselle, faire les pleins d´eau dans les bouteilles, embarquer nourriture, matériels et sac perso sur notre bateau accompagnateur. Puis nous passerons à la révision des fondamentaux de la voile, comment bien gréer son cata, les points à surveiller, les réglages des voiles en fonction des penons, le dessalage, ...
 

Il est déjà 12 heures, nous décidons de déjeuner avant de nous lancer dans notre grande aventure ! Et c´est bien protégé d´un soleil de plomb, que nous dégusterons notre dernier repas « civilisé » sur la terrasse du club nautique. Entre-temps, et comme tous les jours vers 12 h 00, le vent bascule NO, le Maestral fait sont apparition mais aujourd´hui, il semble fort ! Les équipages sont créés en fonction des niveaux et compétences, nous enfilons nos shorty, ceinture de trapèze, gilet de sauvetage, tout cela étant fourni.  

Hissons les voiles, plaçons une carte nautique dans une poche prévue à cet effet sur la grand-voile de nos Hobie cat 16, et fixons un point de rendez-vous sur l´eau. Chaque équipage met son cata à l´eau et nous avons l´honneur d´ouvrir le bal ! Effectivement, le Maestral du jour semble vouloir jouer avec nous et nous cueille avec un bon 20 noeuds.  

Une fois tous regroupés sur l´eau, nous mettons le cap sur l´île Murter, au SO, pour une navigation au portant, largue / grand largue, et avec ce vent comme reprise de navigation, il va falloir surveiller nos étraves. Nous prenons la tête de la marche, Philippe, bien calé au trapèze derrière moi. Sortie de la baie de Pakostane, le Maestral passe à 20 noeuds, c´est un régal de navigation et le paysage défile rapidement autour de nous. A la barre, je suis concentré, plus habitué aux catamarans modernes ayant du volume, j´évite de planter les étraves dans les vagues, je n´ai nullement envie de dessaler, même si l´eau est chaude, je n´ai pas envie de passer pour un touriste ! Bon, il faut réduire la cadence et calmer le jeu,  

car derrière ça ne suit pas, et nous avons pour consigne de naviguer regroupés ; grand bien nous en prend car un équipage vient de dessaler. Tous à la cap pour un brief sur l´eau, Sébastien, au vent de la flotte, nous annonce que dans ces conditions de vent, nous raccourcissons notre navigation et mettons le cap sur l´île de Vrgada, mais que ceux qui veulent continuer à naviguer peuvent le faire en tirant des bords devant l´archipel d´îles de Vrgada. Philippe prend la barre et je passe équipier, une partie  

de la flotte met le cap vers l´île et l´autre s´organise une mini régate dans l´archipel entre d´immenses parcs piscicoles. Une erreur ou une incompréhension entre Philippe et moi nous vaudra à notre tour un dessalage : on en parle encore ! Bref, après notre parcours, nous mettons le cap vers une magnifique anse de l´île Vrgada, bien à l´abri du vent, et bordée de magnifique granit rose et de résineux, en espérant que demain il y aura moins de vent, car une semaine à ce rythme, ça va être musclé !
 

Petite arrivée tranquille dans l´anse, nous sommes sous le vent de l´île. Cet endroit est magnifique et le chant des cigales nous semble bien agréable après le bruit de l´eau dans les oreilles, seul le fond de l´anse laisse à désirer, civilisation et pollution visuelle oblige. N´ayant pas de plage de sable, nous mettons nos HC 16 au mouillage, deux par deux, et passons à terre à la nage. En Croatie, il faut obligatoirement avoir des chaussures de navigation avec des semelles dures, car il y a énormément d´oursins et certaines arrêtes de rochers peuvent être coupantes, en y veillant, nous n´aurons aucun accident à déplorer ! Sur cette île se trouve une forêt de résineux, c´est la seule que nous verrons pendant tout notre voyage !
 

Une fois à terre, nous retrouvons notre bateau accompagnateur et nos effets personnels, chacun peut vaquer à ses occupations. Plongée, sieste, visite, montage des tentes, douche à l´eau de mer avec du solubactère (shampoing et gel à l´eau de mer) et rinçage à l´eau douce, d´autant qu´il y a deux pulvérisateurs avec de l´eau chaude grâce au rayonnement solaire, du jamais vu sur un raid mais très appréciable après une bonne journée de mer ! 

Le soir venant, nous sommes conviés à un punch qu´un raideur a apporté, sympathique et bonne ambiance assurée, c´est l´occasion de s´amuser, de se remémorer les bons moments de la journée, et d´arroser les dessalages, d´autant que le vent est totalement tombé, s´en suivra un excellent dîner de grillades au barbecue ! 

Le lendemain, lever pour tous avec le soleil, en même temps que les cigales, qui ne nous quitteront pas pendant tout le raid, dans la joie et la bonne humeur de cette nouvelle journée d´exploration. Nous allons avaler un copieux petit-déjeuner tout en découvrant la nav. que nous propose Sébastien, que du bonheur ! Nous allons faire une navigation d´une trentaine de kilomètres pour rentrer dans le magnifique Parc National des Kornatis.  

Les équipages sont quelque peu modifiés et j´embarque Thierry sur mon HC16, nous rangeons nos boîtes de déjeuner dans la baille que j´emmène toujours avec moi : c´est pratique pour ranger la crème solaire, les palmes, les bouteilles d´eau ou tout autre objet... Nous larguons les amarres et c´est en flottille que nous mettons le cap sur la pointe SE de l´île. Zut, le temps change, gris, un tantinet pluvieux, avec un vent qui va doucement faiblir, nous sommes loin de toutes les îles et gardons le cap sur l´horizon !  

Cela ne va pas empêcher un équipage de dessaler, quand on aime... ! Nous effectuerons un regroupement, pause déjeuner, à la cap à la pointe de l´île. Entre différents îlots désertiques, nous entrons dans le parc. Après une délicieuse salade complète, reprise de notre navigation dans le canal de Zut entre l´île Zut et l´île Kornat. Navigation très intéressante car le vent est faible et nous allons tous jouer différentes options de navigation en fonction de nos lectures du plan d´eau : certains vont essayer d´assurer en naviguant au centre du canal,  

d´autres vont longer les falaises de l´île Kornat à la recherche d´accélération de vent, d´autres vont faire un coup à droite, un coup à gauche en fonction de l´évolution de leurs petits camarades ! Tout cela dans un décor grandiose. A notre gauche, nous longeons l´île Kornat avec ses flancs verticaux d´une centaine de mètres, ses falaises, ses arrêtes verticales et coupantes, c´est très minéral, avec d´étranges murets qui partent de la mer pour monter à la verticale vers le sommet des îles, un travail de Romain à ériger quand on connaît le relief particulièrement hostile.
 

Nous mettrons pied à terre à Statival dans le milieu de l´après midi. Cata au mouillage, tentes montées sous des oliviers, nous décidons de monter au sommet de l´île Kornat. Le petit sentier de muletier se transforme rapidement en escalade d´arrêtes coupantes et instables, il faut faire très attention. Après un bon moment à souffrir, nous parvenons au sommet : quelle récompense ! nous dominons tout le parc des Kornatis et découvrons le relief escarpé, l´étendue du labyrinthe des îles : c´est magnifique mais nous constatons que la végétation est très pauvre, voilà un effort bien récompensé ! De retour aux tentes et après vérification sur la carte, nous avons choisi le point culminant de l´île : 168 m !
 

Une bonne nuit réparatrice passée, le soleil est au rendez vous et c´est couverts de crème solaire que nous partons pour cette nouvelle journée de navigation. Un petit souffle d´air va nous pousser et jouer avec nous, c´est l´occasion pour les raideurs de chercher différentes options tactiques de navigation, les meneurs tentent des options à droite ou à gauche. De toute façon, nous devons tous passer entre l´île de Kornat et l´îlot Sor Sala.  

C´est l´occasion d´opérer un regroupement, puis de viser la passe entre l´île Kornat et l´île Dugi. En fait, ce n´est pas une passe mais une succession de passes : un labyrinthe d´îlots, éloignés les uns des autres d´environ 70 mètres, avec un peu de courant, des passages avec ou sans vent en fonction du relief géographique, des fonds à surveiller, des anses où l´on peut prolonger ses bords de navigation, des pointes rocheuses à passer, de magnifiques bateaux à moteur ou voiliers qui croisent et qu´il faut contrôler,  

une eau turquoise qui donne envie d´y piquer une tête, et tout cela au près. C´est magnifique et technique, j´ai personnellement adoré. Avec Thierry, nous sommes debout sur notre trampoline, le stick et les écoutes à la main et nous observons le plan d´eau. Nous allons engager un véritable louvoyage digne des meilleurs remontées au près de l´America cup : virement au ras des falaises, prolongation des bords pour éviter un courant ou gagner la risée suivante, options audacieuses mais payantes, les manoeuvres passent à merveille : nous nous régalons, du grand bonheur. Nous sortons les premiers de ce labyrinthe et trouvons un nouveau plan d´eau magnifique : grand soleil, eau turquoise, vent chaud et suffisant pour naviguer à deux au trapèze, nous sommes au centre du Parc National des Kornatis et venons de franchir la passe du paradis !
 

Être les premiers c´est bien, mais nous avons le temps de faire une belotte avant que les derniers ne nous rejoignent ; qu´importe, le coin est magnifique et nous ne laisserions notre place à personne ! 

Nous allons continuer notre navigations vers le NO pour découvrir, le long de l´île Dugi Otok, une petite île typique de 40 m. de diamètre, toute ronde et extra plate, on dirait une table.  

Cette particularité géographique découverte, nous pousserons plus loin notre exploration avant de revenir sur nos pas pour découvrir la côte ouest de l´île de Kornat. Plus nous avançons dans nos découvertes et plus c´est magnifique, hormis le relief des montagnes sur les îles, la côte ouest de l´île Korant est bien plus belle que la côte est où nous venons de passer la nuit. Et c´est dans la petite baie de Modri Bok que nous allons mouiller nos bateaux pour cette prochaine nuit, juste après avoir tiré quelques bords de plaisir sur nos HC 16, tant les conditions sont idylliques pour naviguer. Nous finirons notre journée par une baignade avec masque et palmes pour explorer les fonds sous marins. Toujours les oursins en sentinelles,  

des étoiles de mer géantes, des crabes, girelles, dorades, blennies, mulets, crevettes à suivre dans leur recherche de nourriture. Le coin est paradisiaque et quelques quillards viendront mouiller dans la baie. Le jeu suivant consistera à trouver un endroit pas trop empierré où monter les tentes, ce sera sous les oliviers. Un bon coup de punch autour du feu de camp, la nuit sera agréable et étoilée, les amateurs d´astronomie s´en donneront à coeur joie, car il n´y a aucune lumière parasite et aucun nuage perturbateur.
 

Pour cette nouvelle journée, nous conserverons les mêmes conditions d´ensoleillement mais le vent sera beaucoup plus faible : pas grave, nous sommes en vacances ! Direction SE, nous allons passer dans un chapelet d´îlots, tous plus beaux les uns que les autres, avec des tons jaune, ocre, orange, marron et toujours une eau turquoise, qui nous permet de voir les fonds dès que nous nous rapprochons des berges. Sur l´île de Mana, nous pourrons distinguer les décors de cinéma qui ont servi pour le film « L´Iliade et l´Odyssée ».  

Le nombre d´îles en Croatie m´avait surpris, 1.185, maintenant je comprends : il n´y a que ça et c´est un plaisir d´y naviguer. Pour beaucoup, ce sont des îles lunaires, où rien ne pousse. Notre curiosité nous poussera à longer l´île Jadra, une petite île se distingue de Jadra, c´est l´île Panitola Veliki. Pourquoi ne pas y aller ? Ni une ni deux, nous mettons cap sur le goulet et tombons sur un magnifique petit village, la tentation est grande et nous nous engageons plus loin pour découvrir une marina de rêve, Piskera : c´est beau, calme et reposant, avec de belles unités de navigation aux pontons ou mouillages, des fonds transparents, une plage de sable, l´endroit est paradisiaque, nous en profiterons pour faire une courte pause déjeuner.
 

Il est temps déjà de repartir. Aujourd´hui, nous avons une longue navigation et le vent n´est pas au rendez vous ! Doucement, nous allons longer l´île Kornat afin de doubler sa pointe sud, puis mettons le cap au NO sur l´île de Zut. Au passage de cette pointe, moins bien placés que le reste de la flotte, nous manquerons une risée, la risée de la journée, et nous restons là, plantés lamentablement, pendant que la flotte nous met 2.000 mètres dans la vue,  

il y a de quoi se poser des questions et réviser ses fondamentaux de voile. Petit à petit, nous reviendrons sur la flotte, aujourd´hui était prévu une longue nav., nous avons du parcourir 60 km et c´est heureux que nous atterrirons dans une petite crique de l´île Zut cerclée par de hautes falaises, Jagodnja. Nous mettons les bateaux au mouillage et préparons ce qui est devenu notre rituel, un bon feu pour faire les grillades.
 

Cette nuit, avec quelques-uns, nous décidons de ne pas monter les tentes, il n´y a pas d´endroit confortable pour dormir, c´est de la pierre partout, et décidons de dormir à la belle étoile sur les trampolines de nos HC au mouillage. Voilà une bonne idée ! Les trampolines sont très confortables pour dormir, sauf que vers minuit, un orage nous réveille, pas de vent, « on a de la chance, c´est un orage sec, avec un peu de chance, nous allons échapper à la pluie ! » Espérons, mais nous ne sommes pas très rassurés !  

Dormir sur un voilier qui a un mât en métal, pouvant attirer la foudre, mais les hautes falaises autour de nous nous protègent ; en fait c´est surtout la pluie qui nous inquiète ! Soudain le vent arrive, il est froid et violent, sur nos trampolines, nous sommes aux aguets de la pluie. « Bon, on va y avoir droit ! On retourne à terre avec l´annexe et on monte les tentes avant la pluie ! » Là vient de s´engager une course contre la montre digne des meilleurs dessins animés, notre annexe vole sur l´eau sous nos coups de pagaie, arrivée sur la berge digne du débarquement de juin 1944 sur les plages de Normandie, il commence à pleuvoir, nous sommes en maillot de bain et en quelques secondes, ce sont des trombes d´eau qui s´abattent sur nous, nous sommes gelés, trempés, et nous nous activons à monter cette tente. Dans la précipitation et c´est peu de le dire, car nous ne voyons pas grand-chose, nous avons monté l´entrée de la tente dans un sens et avons mis l´entrée du double toit dans l´autre, il faut donc rectifier le tir pour pourvoir entrer ! Nous finirons par y entrer, dégoulinant et riant aux éclats de notre mésaventure.
 

La nuit fut courte et pas forcement très confortable, au petit matin il n'y a plus qu'à faire sécher matériel et vêtements, ... à faire sécher. Et nous retrouvons notre compagnon d´infortune, Philippe, qui malgré la pluie battante, est resté dormir à la belle étoile. Pour la fin de la journée, Sébastien nous promet un dîner chez l´habitant. Nous récupérons nos montures et quittons l´île de Zut pour mettre le cap sur sa pointe NO. Un dédale d´îles nous y attend, cap NE vers l´île Ipasman. Faute de vent, c´est tranquillement, doucement et laborieusement que nous visiterons toute cette partie enchanteresse des Kornatis. Nous passerons entre les îles Sit et Sitno, désertiques, avec parfois une maison, le rêve de tout Robinson Crusoe.
 

Proche de l´île Ipasman, Sébastien nous indique le chemin en nous montrant une baie abritée avec des habitations tout au fond, c´est Landin,, là où nous passerons la nuit. On ne peut pas dire que les côtes Croates soient particulièrement construites, et c´est tant mieux. La Croatie ressemble à ce que devait être la côte d´Azur voici 60 ans, et cela serait salutaire pour le pays qu´elle sache conserver cet attrait touristique plutôt que de plier sous des mirages de promoteurs immobiliers défigurant les paysages.
 

Une fois à bon port, et nos HC au mouillage, c´est à la nage que nous décidons de regagner la côte, les fonds sont superbes, avec de nombreux petits poissons, nos sempiternels oursins, il va falloir que je revienne piquer une tête et observer tout cela de plus près avec masque et tuba ! Notre campement va s´établir juste derrière la maison de notre hôte pour le dîner. Nous en profitons pour étendre nos affaires encore humides de la nuit : avec la chaleur, il ne faudra pas bien longtemps pour que tout soit sec !
 

Ce soir, nos amis Croates nous ont préparé de superbes poissons cuits à la braise : festin délicieux et soirée fort sympathique. La Croatie et ses habitants valent bien que l´on vienne y passer ses vacances !
 

Au petit matin, nous réalisons que c´est déjà notre dernière journée de navigation, nous n´avons pas vu le temps passer tant nous étions sous le charme de ce pays, c´est malheureusement au moteur et en remorque que nous quitterons l´île Ipasman, pour regagner le point de départ de notre aventure : Pakostane. Le vent totalement absent voulait nous retenir dans son pays, et c´est avec regret que nous débarquons notre matériel, il faut préparer les bateaux pour le prochain groupe que nous croiserons probablement dans l´aéroport de Split demain au petit matin. Soirée grillade avec Sébastien dans un restaurant de Pakostane, c´est le moment de faire un débriefing : ce que nous avons aimé, ce que nous avons moins aimé, nos avis vont l´aider pour les prochains groupes à venir !
 

Nous nous quittons, après cette grande et belle aventure, sans avoir oublié d´échanger nos adresses Email. De toute façon, nous nous sommes tous donné rendez vous sur le stand Hobie cat au prochain Salon Nautique de Paris 2005, le premier dimanche du salon en fin d´après midi. Si vous êtes dans le coin, passez nous voir ! On pourra vous en dire encore plus de notre aventure... 

PS : si un jour, comme nous, vous craquez pour un raid chez Hobie cat Aventure, nous vous en félicitons. N´oubliez pas d´apporter une bonne bouteille pour l´ambiance, et quelques journaux récents avec des denrées typiquement françaises pour votre guide, il n´en sera que plus heureux ! 

Donnez une note :

1 commentaire

29/09/2008 21:43 - claudius a dit :

est ce bien un raid en autonomie complète? matos?

je voudrais savoir quel type de sac ( étanche) , mode d'amarrage au tranpoline ou au mat?
acheter le matériel de 'camping' sur place? réchaud et grille à barbecue ne doivent pas passer le portique de l'aéroport, encore moins la bouteille de gaz!

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter