02/01/2011


Anne Quéméré - Pacific Solo Adrien : un défi hors normes

Pour ce nouveau défi, Anne Quéméré se lance sur les traces des navigateurs du XVIe siècle qui, poussés par une soif de découvrir de nouvelles contrées, bravaient les mers et océans inconnus à leur époque.

Comme Magellan qui découvrit le Pacifique vers 1521, la navigatrice n’a pas froid aux yeux. Pour une première du genre, elle traversera début 2011 l’océan à bord d’un Kiteboat, l’une des plus petites unités nautiques construite pour ce type de traversée (pas plus de 200 kg vide) en autonomie totale, en solitaire et sans assistance. Un chalenge réalisable grâce aux nombreuses innovations qui ont été apportées au Kiteboat des précédents défis. 

Un Kiteboat «nouvelle génération» 

Forte de son expérience précédente et plus particulièrement le défi de 2008 où la navigatrice s’était frottée au Pacific en partant de San Francisco pour Tahiti, Anne Quéméré et son équipe ont entièrement repensé le Kiteboat. 

Conçu au Port Rhu dans les chantiers de Douarnenez, ce nouveau prototype fait l’objet d’un grand nombre d’améliorations techniques permettant de gagner tant en performance qu’en sécurité. 

Le flotteur 

Petit et plus léger que les précédents prototypes, afin d’offrir une vitesse optimale, le flotteur mesure 6 m de long sur 1,90 m de large pour un poids de 200 kg à vide et 300 kg en charge (équipement, électronique, nourriture). 

L’espace de vie de la cabine arrière est réduit au minimum : 1,90 m de long sur 1,80 m de large et un peu moins d’1 m de hauteur, soit environ 3 m3 pour manger, dormir et se laver. 

De profil, moins plat que les précédents, le Kiteboat 2011 perd en surface mouillée et par conséquent en stabilité, mais gagne en vitesse. Il répond mieux aux changements d’allures et son système de dérive amovible lui permet de naviguer au plus près du vent. 

Cette perte de stabilité est compensée par un arceau en pain de mousse
ingénieusement pensé qui surmonte le Kiteboat.
En effet, grâce à son volume de flottabilité, l’arceau permet à la coque insubmersible de se redresser en cas de chavirage.
En plus de l’auto rétablissement du Kiteboat, l’arceau remplit 3 autres fonctions :
- rôle de protection et de sécurité : il protège la navigatrice des mouvements brusques des lignes, qui, fines et coupantes, pourraient provoquer de graves blessures si l’aile venait à sortir de sa fenêtre de vol.
- rôle d’appui : la navigatrice peut monter sur l’arceau afin de lancer son aile lorsqu’il manque du vent
- enfin rôle de pare-soleil : une plateforme est conçue pour protéger la navigatrice du soleil (le Pacific est un océan où il fait chaud). 

Autre nouveauté, le flotteur est équipé d’un hiloire qui protège la navigatrice des grandes vagues et surtout permet de limiter l’entrée de l’eau de mer dans le cockpit. 

L’aile 

L’aile est reliée au flotteur par quatre lignes en dyneema (fibre synthétique en polyéthylène extrêmement résistante), elles-mêmes reliées à une barre, sorte de « guidon » que la navigatrice contrôle pour orienter et optimiser la traction. Cette traction se concentre en un seul point placé vers l’avant du flotteur, là où il n’y a pas de « couple de chavirage ». 

Les mains fixées en permanence sur la barre afin de diriger l’aile, la navigatrice manœuvre le gouvernail avec ses pieds à l’aide d’un palonnier. Ce qui nécessite évidemment une parfaite coordination des gestes. 

La navigatrice dispose de deux surfaces d’aile, choisies selon la force et les conditions de vent : de 12 m² à 16 m².
Ces ailes sont conçues et réalisées par Armand Torre avec deux nouveautés fondamentales.
 

La 1ère est de les avoir équipées d’un treuil manuel. Sur le modèle du winch, ce système de démultiplication des forces permet d’enrouler et de dérouler les lignes de l’aile facilement et en toute sécurité car il est muni d‘un loquet qui bloque les lignes en cas de violent coup de vent. 

La 2ème, et non des moindres, permet de lancer les ailes depuis le Kiteboat et non plus de l’eau.
Pour cela, une cellule de tissus rectangulaire est ajoutée sous les ailes et à laquelle est fixée une cinquième ligne fixe qui permet de faire décoller les ailes comme des cerfs volants, c’est à dire par prise d’air arrière. Ensuite quand elles sont au zénith, les 4 lignes extérieures se tendent et la 5e se détend.
Même avec peu de vent (7 à 8 noeuds stables au minimum), les ailes peuvent décoller. 

Les vitesses moyennes du Kiteboat sont de l’ordre de 6 à 7 noeuds avec des pointes allant jusqu’à 15 noeuds. Il peut avoir des allures au plus près du vent. 

La Route du Pacific Sud : une première avec une si petite embarcation 

Fin février 2011, Anne Quéméré se lancera à l’assaut des 4.200 milles nautiques (7.778 km) qui sépare Lima (Pérou) de Papeete (Tahiti) en Kiteboat, en solitaire et sans assistance. 

Anne Quéméré est la première navigatrice à emprunter cette route avec un Kiteboat et il lui faudra environ entre 60 et 65 jours pour rallier Tahiti, soit une arrivée courant mai 2011.
Une période plutôt favorable car il n’y pas de cyclone. Cette route se situant dans l’hémisphère sud, pas de risque non plus de « pot au noir ».
Par ailleurs, le phénomène de « la Niña », courant plus froid qui succède au Niño, devrait renforcer les alizés.
Pour autant, cet itinéraire n’est pas une promenade du dimanche …
La difficulté principale pourrait se situer au départ. En effet, le long des côtes du Pérou il y a peu de vent. Les risques de « pétole », très usants pour les nerfs, sont susceptibles de survenir le temps que les côtes péruviennes s’éloignent. Anne Quéméré devra donc rester très attentive et profiter du moindre souffle, le temps de sortir de cette zone, soit environ une semaine de navigation. 

Ensuite, la navigatrice compte être portée par les alizés, des vents qui soufflent d’est en ouest de façon régulière. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, la vigilance est toujours de mise. La navigatrice doit veiller à économiser son énergie en faisant des pauses toutes les 6 heures et ne pas profiter de ces vents stables pour avaler les milles nautiques au détriment de la fatigue et de la faim. 

Paradoxalement, ces situations optimales sont difficiles à gérer. Il faut éloigner les hantises de « pétole » et résister à l’envie d’avancer.
Le tandem avec son routeur météo Jean François Bonnin aura, comme toujours dans ses traversées, beaucoup d’importance. 

L'essentiel sur le défi Pacific Solo Adrien 2011 

• Défi : traverser le Pacific sud en solitaire et sans assistance à bord d’un Kiteboat, très petite unité nautique (flotteur tiré par une aile de nouvelle génération), une première encore jamais réalisée.
• Dates : départ vers fin février 2011, selon la fenêtre météo et arrivée courant mai, 60 à 65 jours après
• Itinéraire : de Callao port de Lima (Pérou), à Papeete (Polynésie française), soit 4.200 milles nautiques (7.778 km)
• Anne Quéméré, 44 ans quimpéroise, première femme à avoir réalisé les 2 transatlantiques à l’aviron en solitaire et sans assistance dans les meilleurs temps (en 2002 et 2004) ; premier marin à s’être lancé dans une transatlantique nord en solitaire à bord d’un Kiteboat (en 2006) et à avoir tenté la traversée du Pacifique nord (en 2008) à bord de cette même embarcation. 

• Le Kiteboat
* flotteur = longueur : 6 m, largeur : 1,90 m , poids vide : 200 kg, espace de vie : 3 m3
* aile = 4 lignes en dyneema, 1 ligne supplémentaire pour lancer l’aile depuis le Kiteboat, 2 surfaces d’aile de 12 m² à 16 m²,
* vitesse moyenne du Kiteboat : 6 à 7 noeuds, avec des pointes à 15 noeuds
• Le Parrain : Jean-Luc Van Den Heede
• L’équipe : Marc Ginisty, concepteur et constructeur du Kiteboat, Ronan Quéméré, photographe et conseiller technique, Jean-François Bonnin, préparateur et routeur, Denis Boucher, traducteur des nouvelles du Blog
• Le Sponsor Principal : Groupe ADRIEN, spécialiste des produits de la mer en France et dans le monde. Pionnier de la reproduction contrôlée de turbot, situé dans le peloton de tête national et européen des naissains d’huitres creuses, l’un des 1ers employeurs de la pêche au Pérou. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter