13/12/2007


Vaïhéré - 10 décembre 2007

Dernère étape avant le Grand Sud

L´expédition Pôle Sensible a quitté la Normandie. Après une brève étape à Paris pour les derniers achats de matériel, Xavier et Pierre sont arrivés à Buenos Aires, passage obligé de toutes les aventures antarctiques. Vendredi, ils s´installaient à bord de la goélette Vaïhéré, à Ushuaïa. 

Conférence de presse dans la matinée à Cherbourg, rendez-vous avec la radio France Bleu qui propose un direct de l´expédition, retour à Caen dans l´après-midi pour une nouvelle rencontre avec les journalistes, avant le plateau du JT de France 3 en soirée... Lundi 3 décembre, la dernière journée normande de Xavier et Pierre a pris des allures de marathon. Les sacs n´étaient pas encore bouclés et le caisson étanche pour la caméra n´était pas arrivé - une miraculeuse rencontre au Salon Nautique de Paris leur permettra de récupérer celui de Sébastien Roubinet, de retour de la traversée à la voile du passage du Nord-Ouest arctique ! Qu´importe les ultimes préparatifs, rien n´ôte aux deux explorateurs l´envie de raconter, d´expliquer une dernière fois comment est né le projet Pôle Sensible. Xavier, en photographe passionné, se lance dans un long exposé sur l´histoire de la stéréoscopie, tandis que Pierre tente de dessiner le doigt levé la carte de navigation du fameux passage du Drake, entre Terre de Feu et Antarctique. 

Avec la concrétisation du projet, la question est devenue récurrente. Cent ans se sont écoulés depuis les expéditions de Charcot en Antarctique, pourquoi repartir sur ses traces ? La réponse est un regard qui brille, un geste esquissé qui pointe le bout du monde, un souffle suspendu vers l´inconnu. "L´Antarctique est peut-être ce qui existe de plus beau sur terre, un ailleurs sans aucune mesure, un continent de tous les extrêmes. On n´en revient jamais indemne et tous ceux qui le découvrent ont, comme Charcot, l´ambition de devenir à leur tour des passeurs de connaissance et de rêve". Persuadé de la nécessité d´explorer ce continent inconnu, Charcot avait ramené de ces expéditions une masse colossale d´informations, de photos, de croquis. Son voyage, empreint d´humanisme et de respect de l´environnement, sera le fil rouge de l´expédition Pôle Sensible. 

La voie des rugissants 

Le voyage sur les traces des pionniers de l´Antarctique a véritablement commencé à Puerto Madero, le port de Buenos Aires, avec la visite de la corvette Uruguay, navire argentin qui en 1903 a secouru l'expédition norvégienne de Nordensjkold, isolée en Péninsule antarctique après le naufrage de son voilier. Charcot, lors de sa première mission, croisa Nordensjkold à Buenos Aires. La corvette est désormais un musée consacré à l'histoire de la marine du début du XXe. Dans une des vitrines, des plaques de verre stéréoscopiques tres abîmées confirment la mode du relief chez les photographes de l´époque. 

Ushuaïa est à quatre heures d´avion. La ville la plus australe du globe (la voisine chilienne, Puerto Williams, est trop petite pour mériter le nom de ville) n´a plus rien du Far West décrit par les pionniers. C´est aujourd´hui un gros village "assez franchouillard", où l´on croise sur les ponts plus de navigateurs français que de pêcheurs argentins. De retour de Géorgie du Sud, le voilier d´Isabelle Autissier y mouillera bientôt. Pendant la saison, de mi-novembre à mi-mars, des bateaux de croisière effectuent régulièrement la traversée vers l´Antarctique. La Terra Australis Incognita d´hier est devenue une nouvelle destination touristique pour 30.000 voyageurs fortunés chaque année. Pourtant, rares sont ceux qui s´y rendent en voilier tant la navigation au sud du Cap Horn est réputée comme la plus difficile du monde. Les appellations de «quarantièmes rugissants» et de «cinquantièmes hurlants» suffisent à décrire les conditions de vent et de mer qui règnent dans l´océan antarctique. C´est ce chemin qu´ont choisi d´emprunter Pierre et Xavier. 

Vendredi soir, ils ont passé leur première nuit à bord de Vaïhéré, amarré au ponton du Yate Club Afasyn. A 22h, il faisait encore jour : le pôle sud n´est pas loin ! Les rafales descendant des sommets enneigés soufflent un air glacé sur la goélette en acier de 24 mètres de long, conçue pour naviguer dans les glaces. Pierre connaît le bateau, qui l´a déjà conduit au Grand Sud en 2005. L´équipage est Français. En quatre ou cinq jours selon les conditions, l´équipée aura atteint sa destination. Reste à savoir quand les Normands croiseront leur premier iceberg...
 

« Dans le Sud, le grand Sud, bien au-delà des parallèles rugissants et hurlants, est un miracle. Un miracle fragile de glace et de silence, de beauté et de paix. Un continent vaste comme 26 fois la France. L´Antarctique. 

Une terre pas comme les autres : aucun drapeau n´y flotte, aucun propriétaire n´y règne. Elle n´appartient à personne. Ses seuls visiteurs humains sont des invités temporaires, des savants venus interroger ses secrets. » 

Erik Orsenna 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter