20/11/2011


Lettre ouverte aux membres du Costa Rica Yacht Club et à son Président : Rafael Calderon Mugica

Nous sommes arrivés au Costa Rica Yacht Club (CRYC) le 29 juillet 2010 et nous y avons laissé notre catamaran « Woulib » pour six mois.

Comme cela était indiqué sur son site internet, il était convenu que durant notre absence le CRYC se chargeait de renouveler les formalités douanières. 

Nous avions également convenu avec le gérant Carlos CHINCHILLA de la fourniture d'un galon et demi de peinture antifouling, d'un moteur Yamaha HB 2 CV, et du nettoyage des coques du bateau. 

Pour cela nous avons payé d'avance 6 mois de mouillage (1.253.458,58 Colons) et laissé au gérant, contre un reçu du CRYC précisant les fournitures, la somme de 1.385 USD. 

Nous sommes partis du CRYC le 10 août 2010. Durant notre séjour en France nous avons envoyé plusieurs courriers électroniques pour savoir si tout allait bien, sans obtenir de réponse. 

Ce n'est que le 13 janvier 2011 que Lisseth Guzman, chargée des relations publiques au CRYC, nous informait que le gérant ne faisait plus partie du personnel du CRYC. 

Nous sommes revenus le 21 février au CRYC pour constater qu'aucune des fournitures n'étaient à notre disposition et que les formalités douanières n'avait pas été accomplies. 

Nous avons écrit au Président Calderon le 28 février 2011 pour savoir quelles dispositions il comptait prendre pour nous rembourser la somme versée, et pour résoudre au plus vite notre situation douanière. Cette lettre est à ce jour sans réponse. 

Lors de l'assemblée générale du CRYC le 10 mars, nous nous sommes présentés avant et après la réunion sans pouvoir rencontrer le Président Calderon. 

Nous avons alors décidé de solder notre compte au CRYC (399.272 colons), et de partir illégalement du Costa Rica ce que nous avons fait le 12 mars 2011 sans que notre bateau soit réellement préparé pour effectuer la longue traversée de l'océan Pacifique. 

Nous naviguons depuis plus de trente ans et avons abordé plus d'une vingtaine de pays sans que jamais cela ne se produise. 

Nous avons décidé de faire connaître cette mauvaise expérience à la presse, aux auteurs de guides nautiques, et aux instances politiques car nous considérons que l'attitude du CRYC et de son Président nous a obligés à prendre des risques, à nous mettre dans l'illégalité, et jette le discrédit sur le Costa Rica. 

Jean-Luc Avignon
Ancien membre des comités directeurs :
des Amis de la Voile de Pointe à Pitre (AVPP)
et de la Ligue Guadeloupéenne de Voile (LGV) 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter