18/02/2015


Editions Ancre de marine - Petit dauphin sur la peau du diable de Daniel Gilard et Jean Noli

Réédition du livre, publié par Julliard en 1979.

L’Ancre de Marine vous propose la nouvelle édition d’un livre devenu introuvable après avoir trouvé, en son temps, des milliers de lecteurs. 

En ouvrant ce livre, beaucoup vont renouer le fil de la mémoire avec les premiers exploits de la course au large moderne, les autres vont découvrir la vie et les exploits d’un navigateur d’exception, injustement oublié : Daniel Gilard. 

Vous admirerez le cran d’un gamin de 17 ans, qui se lance dans la dangereuse traversée de l’Atlantique Nord en solitaire, sur le minuscule voilier familial. 

Vous allez découvrir, avec nombre d’anecdotes souriantes, l’ambiance à bord du fameux Pen Duick VI, ou Daniel Gilard commence l’apprentissage de la course au large sous la houlette d'Eric Tabarly. 

Un apprentissage qui se poursuit par la rude école d’une course autour du monde, avec le redoutable et redouté Olivier de Kersauson, magnifique marin, mais véritable tyran pour ses équipiers. Une épreuve qui décide le jeune homme à voler de ses propres ailes durant l’époque qui voit naître la voile sportive moderne. 

C’est en 1979 que Daniel Gilard entre dans l'histoire de la course au large comme premier vainqueur d’une course révolutionnaire : la Mini-Transat, course transatlantique en solitaire, réservée à des bateaux de 6,50 m. 

Jugée beaucoup trop dangereuse pour des voiliers de cette taille, la Mini-Transat déclenche polémiques et débats, avant de se révéler au fil des ans comme l’une des épreuves phares de la course au large, véritable berceau de nouveaux talents.
Daniel Gilard ne nous cache rien de ses réussites, rien de ses déboires comme pionnier d’une discipline nouvelle : naviguer en solitaire et en course transatlantique sur un minuscule voilier. Les leçons qu’il en tire restent d’actualité. 

Mais à force de naviguer sur la peau du diable, le diable a eu sa peau… 

Comme  beaucoup de marins, comme Alain Colas, Eric Tabarly et Patrick Van God - victime de la première Mini-Transat - Daniel Gilard a disparu en mer lors de la course La Baule-Dakar en 1984. Son souvenir reste vivant à Nantes, où la municipalité a baptisé une rue et un gymnase du nom de ce grand marin, dont le livre vous fera frissonner, sourire, admirer un homme qui ne doit plus rester dans l’oubli. 

Un livre à ne pas manquer, illustré de cahier photos couleur. 

20 € 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter