22/03/2007


L'Institut Universitaire Européen de la Mer - Après 10 années à la tête de l'IUEM...

... marquées par des avancées scientifiques majeures, Paul Tréguer passe la main à David M.Nelson

Réunis en colloque à l'occasion des 10 ans de l'IUEM, les scientifiques de l'institut breton ont évoqué devant leurs confrères des organismes de recherche du grand ouest les avancées majeures en sciences marines depuis 10 ans. Physique de l'océan, chimie et biogéochimie, géosciences, microbiologie et biologie marine, géographie, droit et économie... la variété des disciplines concernées illustre la pluralité de compétences et l'étendue des champs d'investigation des scientifiques de l'IUEM. 

Les chercheurs de l'IUEM sont aussi des « trouveurs »
Paul Tréguer l'a souligné dans son introduction, l'état français, l'Union Européenne et les partenaires privés qui soutiennent l'IUEM depuis dix ans peuvent se réjouir d'un retour sur investissement « d'une grande rentabilité scientifique ». Chaque chercheur a, dans sa spécialité, apporté sa pierre à l'édifice de la connaissance scientifique, pour une meilleure compréhension du fonctionnement global des océans. Tour d'horizon des avancées en recherche marine à l'IUEM... 

En physique de l'océan, Xavier Carton, professeur à l'Université de Bretagne Occidentale, a montré le rôle des « tourbillons » dans l'océan superficiel et profond. Cette voie de recherche, comportant travaux d'observation et de modélisation, fait l'objet d'une collaboration fructueuse entre l'IUEM, l'Ifremer et le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine. Xavier Carton a pu mettre en évidence une nouvelle "frontière scientifique". 

En géochimie et biogéochimie, Géraldine Sarthou (CNRS) est revenue sur les progrès réalisés par les chercheurs de l'IUEM dans l'Océan Austral. On retiendra : la mise en évidence de l'importance des micro-algues siliceuses dans la pompe biologique de CO2 ; la résolution du paradoxe antarctique de l'opale ; la démonstration de l'importance du fer dans le contrôle de la pompe biologique de CO2, à travers le programme de recherche sur la fertilisation naturelle en fer dans le sillage des îles Kerguelen. 

En géosciences, Jean-Yves Roger, directeur de recherche au CNRS, a montré tout l'intérêt des recherches conduites par l'IUEM sur l'affrontement des plaques africaine et européenne, des Açores au détroit de Gibraltar et le long de la marge algérienne. Soumise à une sismicité intense, cette zone active est un terrain d'étude unique au monde des causes, modalités et conséquences de la naissance d'une subduction, et des risques encourus par les populations. 

Yves-Marie Paulet, maître de conférences à l'UBO, a montré par quels moyens les chercheurs de l'IUEM, en coopération avec Ifremer, ont mis en évidence en microbiologie marine une « extraordinaire biomasse souterraine, bien supérieure à celle de l'ensemble de la biosphère terrestre », à 1 km de profondeur sous le plancher océanique. Il est revenu sur le programme IODP (Integrated Ocean Drilling Program) auquel participent les équipes de l'IUEM, dont l'objectif est l'étude de cette biomasse et des mécanismes de vie dans des conditions extrêmes de pression et de température. Yves-Marie Paulet a ensuite relaté comment, en biologie moléculaire, les chercheurs font parler les coquilles carbonatées des mollusques marins pour reconstituer les fluctuations des environnements actuels et passés. 

Françoise Gourmelon, CNRS, a pour sa part expliqué que la géomatique peut, par le développement de modèles intégrant l'évolution de la société et des activités humaines d'une part, celle de la nature et des contraintes environnementales ou météorologiques, d'autre part, permettre de tester des scénarii d'intervention avant leur mise en oeuvre. Citons à titre d'exemple l'intérêt de la plateforme de simulation DAHU (Dynamique des activités humaines) « conçue pour simuler le déroulement d'activités humaines en zone côtière». 

Le droit et l'économie! ont également leur place dans l'espace maritime. Annie Cudennec, maître de conférence à l'UBO : « Depuis dix ans, les juristes de l'IUEM ont développé des recherches sur les questions de société qui posent le plus de problèmes actuellement en mer : l'application du droit pénal aux activités maritimes - sanctions pénales pour les pollueurs des mers -, celui du droit du travail - pavillons de complaisance -... ». Quant aux économistes de l'IUEM, ici représentés par Jean Boncoeur de l'UBO, ils ont démontré leur expertise sur le comportement des acteurs économiques qui participent aux ressources communes et à la mise en oeuvre d'aires maritimes protégées, sur la modélisation bioéconomique et les politiques d'aménagement... à travers des projets européens relatifs à la gestion des ressources halieutiques, à l'aquaculture ou à la protection de l'environnement marin et littoral. 

Table ronde : « la recherche marine en Europe : avancées et perspectives du 6e au 7e programme cadre »
Animée par Christophe Agnus (Nautilus magazine), cette table ronde a permis d'ouvrir le débat sur le fonctionnement et l'avenir des Réseaux d'Excellence (REX) en Sciences Marine, à l'instar d'EUR-OCEANS. Avec la participation de Pierre Mathy (Commission Européenne DR/Recherche/Environnement/Gestion des ressources Naturelles), Dominique Davoult (REX MARBEF), Catherine Boyen (REX Marine Genomics Europe), Louis Legendre (Rex EUR-OCEANS), Roland Person (ESONET), Philippe Marchand (IFREMER) et de Paul Tréguer (Europôle Mer). 

David M.Nelson nouveau directeur de l'IUEM
En présence de François Cuillandre, maire de Brest, de Pierre Maille, Conseil Général du Finistère, d'André Lespagnol, Région Bretagne, et de Dominique Lequéau (INSU-CNRS), le professeur Paul Tréguer a confié la direction de l'IUEM, à Da! vid M. Nelson, professeur de l'Université de l'Etat d'Oregon (! USA), Do cteur Honoris Causa de l'Université de Bretagne Occidentale depuis juillet 2006. 

Paul Tréguer : « En ce début de 21e siècle, pour les acteurs de la recherche en sciences et techniques de la mer en Bretagne, c'est le moment de relever des défis majeurs pour hisser le potentiel de l'ouest français au niveau européen (Southampton, Kiel Bremen - Bremerhaven...) et mondial (San Diego, Woods-Hole,Yokohama...). L'IUEM, qui a largement contribué à créer l'Europôle Mer, y prendra toute sa place. » 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter