26/09/2013


Bloom Association - Conférence environnementale 2013 : ambition zéro pour les océans profonds

Pris à parti par plusieurs ONG et députés européens, le Ministre délégué à la pêche Frédéric Cuvillier s’est défilé sur le dossier « pêche profonde » dont la France bloque actuellement l’avancée au Conseil des ministres de l’UE.

Denis Ody, directeur du programme marin du WWF et Claire Nouvian, invitée par les Amis de la Terre à les représenter à la Table Ronde « Biodiversité marine », ont rappelé que les pêches profondes étaient coûteuses d’un point de vue écologique (100 espèces sacrifiées pour 3 espèces commercialisées + destruction des habitats marins les plus anciens et les plus vulnérables des océans) que d’un point de vue économique : subventionnées, elles échouent malgré tout à être rentables. 

Monsieur Cuvillier a botté en touche en parlant vaguement de besoin de « sanctuariser » des zones et d’avoir plus « d’expertise ». Les chercheurs réunis à Paris le 16 septembre pour plaider l’interdiction du chalutage profond ont pourtant insisté sur le fait que les données scientifiques ne seraient jamais réunies pour les océans profonds pour permettre une exploitation durable. Pascal Durand, secrétaire national d’EELV a quant à lui appelé les politiques à cesser « le chantage à l’emploi » et à avoir le courage d’arbitrer pour que les sommes publiques mises dans des activités destructrices soient refléchées vers des activités durables. 

« L’attitude du Ministre aujourd’hui et son blocage sur le dossier pêche profonde montre que la France est un pilote sans avion en matière environnementale. D’un côté, de belles paroles sur la protection de la biodiversité marine en haute mer, de l’autre, des actes qui la mettent en péril en Europe » a commenté Claire Nouvian. « Le discrédit des politiques ne fait qu’augmenter, on pensait avoir touché le fond pourtant. » 

La France est le principal frein au Conseil des ministres de l’Union européenne sur le dossier pêche profonde. Plus d’un an après la sortie de la proposition de règlement par la Commission européenne et la proposition notamment d’interdire le chalutage profond, le dossier n’a pas été une seule fois abordé au Conseil. Plus de 300 chercheurs ont signé une déclaration de soutien à cette proposition et près de 18.000 personnes une pétition demandant à M. Hollande de protéger les océans profonds. 

Donnez une note :

1 commentaire

01/10/2013 05:50 - dachicourt a dit :

malhonnete intellectuelle

Le CIEM est un comite scientifique d expert international dis que plusieurs stocks sont deja aux rendements maximum durable et que pour que ceux qu ils n y sont un meilleur suivi et encadrement suffiront a les y amener. La proposition tel que faite par la commission n impacterait pas qu une dizaine d entreprise industriel en france mais plus de 800 entreprise artisanale sans parler des emplois indirecte et plus 1500 entreprise artisanale en europe. Quant au fond marin des mesures via des amp et natura2000 ont deja ete prise pour preserver des zones sensibles. Je remarque que wwf et bloom ne sont pas aussi virulent contre l exploitation off shore et miniere en eau profonde. Peut etre est ce du a la provenance d une grande partie des subvention qu il leur permet de fonctionner. Je trouve donc votre article non objectif mais c est vrai que nous ne defendons pas les meme interets.

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter