13/02/2014


Bloom - L'adhésion des Français se renforce en faveur de l'interdiction du chalutage profond, selon un sondage BVA / Bloom

Un sondage BVA / BLOOM du 10 et 11 février révèle que 73 % des Français souhaitent que François Hollande soutienne la proposition européenne d’interdiction du chalutage profond, soit une progression de 2 % par rapport au sondage identique réalisé en novembre 2013.

Depuis novembre 2013, on note une forte progression des opinions « tout à fait d’accord » avec l’interdiction du chalutage profond (+7 %) et une baisse des « je ne sais pas » (-3 %). Les Français attendent très clairement du Président de la République qu'il entende leur volonté de voir la France mettre fin à cette pratique de pêche destructrice. 

Le 30 janvier 2014, Intermarché a annoncé que sa flotte de pêche limiterait son activité de pêche au chalut de fond à 800 m de profondeur d'ici début 2015. Cette décision montre qu'il est possible de maintenir l'activité de pêche sans mettre en péril les emplois en mer ou à terre. La flotte d'Intermarché, la Scapêche, possède six des neuf chalutiers français pratiquant la pêche en eaux profondes. Il ne reste plus que trois navires concernés par l'interdiction du chalutage profond en France, et les espèces profondes ne représentent qu’un maximum de 25 % de leur activité. 

La décision d'Intermarché permet au Ministre de la pêche Frédéric Cuvillier et au chef de l'État de défendre au niveau européen un standard environnemental minimal pour la protection des écosystèmes vulnérables des fonds marins. « Si notre Président et son Ministre de la Pêche ont des ambitions environnementales inférieures à celles d’Intermarché, ils se décrédibiliseront définitivement auprès de l’opinion publique » commentait Claire Nouvian, fondatrice de BLOOM. « Les citoyens et les ONG attendent très clairement que la France prenne au sérieux la défense de la biodiversité marine qu’elle prêche sur la scène internationale et qu’elle défende dorénavant l’interdiction du chalutage profond en Europe. La position de la France au Conseil sera un moment de vérité. Si l’interdiction du chalutage profond ne passe pas en Europe, la responsabilité sera clairement celle de la France. » 

La position officielle des États membres de l'Union européenne sur le règlement pêche profonde doit être remise à la Présidence du Conseil le 14 février. Selon un engagement pris à la Conférence environnementale en septembre 2013, la position officielle de la France au sujet de la pêche profonde doit être établie en collaboration avec les ONG. Celles-ci exigeront que la demande des citoyens et des 832.346 signataires de la pétition de BLOOM soit intégrée à la position française en vue d'une interdiction du chalutage profond en Europe. 

Site : www.bloomassociation.org 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter