15/06/2009


Manta Kite Sailing - Le cerf-volant au secour des navigateurs en détresse, une technologie fiable au service de tous

Pour les journées de la mer, tournées vers le développement durable et l'innovation, l'association Manta Kite Sailing présente ses travaux au grand public et aux professionnels.

Au programme, deux innovations 

- Le cerf-volant de signalisation : destiné au repérage visuel des bateaux en détresse et à la propulsion des petites unités en cas de panne moteur,
- Le cerf-volant pour la propulsion secondaire des petites embarcations : plaisir et économies d'énergie. 

Les Journées de la mer sont organisées par le ministère du Développement durable. Elles ont notamment pour objectif d´inciter les français à adopter des comportements respectueux de l´environnement maritime et de promouvoir les nouvelles découvertes. C'est l'occasion pour l'association Manta Kite Sailing de présenter son travail qui s'inscrit pleinement dans ces objectifs. 

2002 - La genèse du projet 

Manta a été créée par Stéphane Blanco dans le but de mettre à la disposition des navigateurs des cerfs-volants de secours. « En 2002, alors que je lisais le livre de Tavae qui a dérivé 118 jours dans le Pacifique suite à une panne de moteur, je me suis souvenu de l'expérience de Nicole van de Kerchove qui avait démontré sept ans plutôt l'intérêt du cerf-volant dans l'assistance des marins en détresse. » Elle avait traversé l'Atlantique en 28 jours des Canaries à la Guadeloupe. « Je construisais des cerfs-volants depuis une dizaine d'années et je me suis fixé comme objectif de concevoir un cerf-volant qui aurait pu permettre à Tavae d'éviter, ou d'écourter son interminable dérive. » 

Le projet a reçu le soutien de l'incubateur d'entreprise de Charente-Maritime et le développement du cerfs-volant a débuté. « J'ai cherché du côté des cerfs-volants souples déjà existant que j'ai modifié progressivement pour avoir un cerf-volant très stable. » Quelques prototypes plus tard, Volanz était là. 

Volanz, au service de la sécurité 

Volanz est un cerf-volant souple, c'est à dire qu'il n'a pas de membrures, c'est la pression de l'air qui lui donne sa forme. C'est un monofil, c'est à dire qu'il est relié au bateau par un seul fil de retenue. C'est une technologie très simple et fiable, accessible à tous. 

L'objectif principal de Volanz est de faciliter le repérage visuel du navire en détresse. Mais il exerce aussi une traction qui permet à une embarcation de petite dimension de naviguer au portant. Le cap dépendra essentiellement du plan anti-dérive du bateau. 

Éprouvé et approuvé 

Volanz a rempli sa première mission en décembre 2008. Anne Quéméré avait embarqué quatre cerfs-volants, de 1,5 m² à 4,2 m², dans sa tentative de traversée du Pacifique en kiteboat. L'objectif étant de tracter son embarcation de nuit, ou lors de phase de repos, quand elle ne pilote pas son aile de kitesurf. 

Malheureusement, Anne a dû abandonner dans sa tentative suite à une avarie importante et un encalminage dans le pot au noir. Le cargo Maersk Mytilini s'est alors dérouté sur zone pour la récupérer. 

Anne raconte ainsi son sauvetage :

« Lorsque le cargo s'est dirigé vers moi, il avait ma position grâce au contact VHF que j'avais établi avec lui, mais malgré un vent très faible j'ai réussi à lancer un cerf-volant en me disant que je serai ainsi visible bien plus tôt... Et cela a été le cas. Il est évident qu'en lançant un cerf-volant à 50 mètres de haut, il devient aussitôt visible pour les cargos, d'autant que ma petite embarcation n'a que 75 cm de franc-bords, et que je suis la plupart du temps masquée par la houle. » 

On aurait quand même préférer voir Anne arriver à Tahiti au bout d'une aile. Mais c'est partie remise. 

En mars 2009, c'est le départ de la course à la rames Bouvet-Rames Guyane. Les organisateurs de la course, Michel Horeau et Antoine Croyère, soucieux de la sécurité des concurrents ont décidé d'embarquer des cerfs-volants pour l'assistance des rameurs en difficultés. Pour cette première expérience, ils avaient décidé de mettre un cerf-volant sur chacun des bateaux accompagnateurs. C'est ainsi que Christophe Lemur s'en est vu proposer un suite à son abandon pour rupture de safran. Christophe était alors au tiers du parcours.
 

C'est ainsi que Christophe a bouclé sa traversée en parcourant les 1.500 milles restant en 20 jours avec un seul cerf-volant de 2,2 m². Il a par la même battu le record du vol le plus long de l'histoire du cerf-volant en effectuant un vol non-stop de plus de 15 jours, 375 heures exactement (l'ancien étant de 180 h). Ce chiffre donne une idée de la fiabilité et de la stabilité du cerf-volant. 

Propulsion secondaire 

Dés lors que l'on peut traverser l'atlantique sur un bateau de 8 m avec une aile de 2,2 m², on peut se permettre d'envisager de tracter des bateaux plus lourds. 

Et cette fois non pas dans une situation de détresse, mais pour le plaisir ... Et pour faire des économie d'énergie. 

Ce printemps, le chantier Black Pepper présente son nouveau bateau, le Tenderfish 28. Pour ces journées de la mer, il effectue des démonstrations sur le bassin d'Arcachon avec un cerf-volant de traction de 8 m². 

Composé d'un cerf-volant, d'un treuil manuel et d'un barber (poulie de renvoi), ce kit est facilement implantable sur n'importe quelle embarcation. Il s'agit d'un gréement universel. 

Innovation et développement durable, passons à l'action ! 

Plus d'infos : http://manta.kitesailing.fr
Site : http://www.kiteboat.net 

Donnez une note :

2 commentaires

30/01/2014 18:57 - yves Mulet a dit :

commercialisation ?

Ou peut on se procurer ce matériel ? Peut on l'essayer.

15/06/2009 08:59 - Desmatreuba a dit :

Et quand le cerf-volant tombe à l'eau ?

Même les meilleurs cerfs-volants ont une fois mordu la poussière ou se sont transformés en éponge marine. Alors comment faire pour remettre en l'air un étoffe remplie d'eau ? Une alternative pourrait venir du Tensairity kite, un cerf-volant monofil qui se met au point en ce moment à l'EMPA en Suisse. Il s'agit d'un cerf-volant monofil extrêmement léger dont l'armature est faite de boudins aérodynamiques et gonflables. Prévu pour promouvoir les énergies renouvelables, une version 'cerf-volant de sauvetage' pourrait être intéressante. http://www.admin.ch/aktuell/00089/?lang=fr&msg-id=27112
On a bien des airbags dans les voitures, ce cerf-volant pourrait être l'airbag du naufragé ! vous rigolez ? mais ....
salutations cervolistiques
Desmatreuba

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter