05/04/2016


Vogavecmoi.com - "Nous ne souhaitons pas l'ubérisation de la plaisance !"

Antoine Penot, fondateur de Vogavecmoi.com, répond aux sites dîts de "co-navigation", "co-baturage" et location entre particuliers qui envisagent transformer les plaisanciers en "skipper" au service de personnes. "Non, nous ne souhaitons pas une ubérisation de la plaisance !"

Les propriétaires de bateaux sont de plus en nombreux à songer à réduire leurs frais ou de gagner de l’argent avec leur bateau. Les nouvelles pratiques issues de l'économie de partage, parmi lesquelles, la co-navigation, offre l'opportunité de monétiser l'utilisation d'un bateau. A la manière du conducteur d'une voiture qui utilise le célèbre et médiatique service Uber Pop, pour s’improviser chauffeur de taxi sur son temps libre, la plaisance risque t-elle cette dérive ? 

L'ubérisation de la plaisance aura-t-elle lieu ? 

Selon Antoine Penot, le fondateur de VogAvecMoi : « Grâce au site Vogavecmoi.com, les propriétaires diminuent les frais d’entretien de leur bateau, utilisent leur bateau plus souvent mais surtout passent du bon temps avec des équipiers sympas. Nous encadrons la pratique strictement en limitant les participations financières demandées par nos membres, et nous excluons régulièrement des propriétaires qui ne jouent pas le jeu. Hélas cette éthique n'est pas partagée par tous nos concurrents et met la co-navigation dans le viseur des skippers professionnels et des autorités chargées de faire respecter la réglementation existante. » 

La co-navigation est l'utilisation en commun du bateau de plaisance, par son propriétaire en tant que chef de bord non professionnel et un ou plusieurs équipiers majeurs (ou mineur accompagné) pour une navigation de loisir partagée. 

Loin de l'image véhiculée par le service Uber Pop, visant à offrir un service de VTC sans contrainte sociale, VogAvecMoi veille attentivement et fait de la pédagogie auprès de ses nouveaux membres pour qu'ils respectent 4 principes fondamentaux : 

- Bénévolat : la co-navigation doit être une activité indiscutablement bénévole. Le partage des frais demandés par le propriétaire doit être raisonnable et justifié. Les sommes échangées ne doivent pas pouvoir être assimilées à une rémunération de son rôle de skipper
- Esprit collaboratif : la co-navigation est un partage entre un propriétaire et un équipier. Parmi leurs obligations respectives, les co-navigateurs doivent participer aux manoeuvres et participer à la vie à bord.
- Affinité : la co-navigation doit être une activité de loisir. Les équipiers et les propriétaires doivent constituer des équipages par affinités et non, des équipages "pour remplir le bateau" et le portefeuille de son propriétaire. L'activité de "charter" est réservée aux skippers professionnels dont les bateaux doivent respecter certaines normes spécifiques.
- Partage de frais raisonnables et justifiés : les propriétaires de bateaux peuvent partager certains frais mais la co-navigation ne doit pas s'afficher comme une prestation commerciale comparable
à celle des skippers professionnels ou les professionnels du transport de passager. 

Depuis 2014, des "start up" utilisent le terme co-navigation (VogAvecMoi a été le premier à utiliser ce terme en 2011) pour désigner des activités de « charter déguisé » et ternissent l’image de la co-navigation. 

Qu'il s'agisse de plateformes de location entre particuliers, de site de co-navigation ou de co-baturage, ces sites proposent à des propriétaires de bateau de louer leur bateau tout en étant skipper de celui-ci ou de se faire indemniser à hauteur de 75 à 100 €/ pers pour les conduire quelques heures en bateau. Cette activité n'a rien à voir avec la co-navigation VogAvecMoi. Ceci est à notre sens une activité de charter déguisé et caractérise un exercice illégal d’une profession réglementée (Art. 433-17 du Code Pénal punit d’un an d’emprisonnement et de 15.000 € d’amendes ce type d’agissements). De plus, le skipper sans diplôme ne sera pas couvert par son assurance bateau en cas d’atteinte aux personnes qu’il transporte. 

Pour conclure, les dirigeants de Vogavecmoi.com souhaitent que cesse l’amalgame entre la co-navigation VogAvecMoi et toutes les initiatives visant à contourner les réglementations existantes en utilisant le terme co-navigation. 

Ces sites ternissent l’image de la co-navigation et nous invitons les plaisanciers à ne pas les fréquenter afin de se protéger et de protéger notre pratique. En tenant un discours démagogique de rentabilisation des bateaux aux propriétaires, ces sites font peser un risque d’interdiction de la co-navigation par les autorités, comme l’a été en 2015 le co-avionnage par la DGAC ! 

Alors, "non l'ubérisation de la plaisance n'aura pas lieu" et l'inventeur de la co-navigation propose "une réglementation basée sur le bénévolat, l’esprit collaboratif, les affinités et un partage de frais raisonnables et justifiés". 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter