17/03/2016


FIN - Assemblée Générale du 17 mars 2016

Réunie en Assemblée Générale, la Fédération des Industries Nautiques a donné le coup d’envoi à l’élaboration d’un plan de développement ambitieux du nautisme et de la plaisance dont la rédaction s’échelonnera au cours de l’année. Ce plan, qui s’appuiera sur un outil collaboratif, sera présenté au Nautic 2016.

Le constat des professionnels 

Sur le plan politique, force est de constater qu’une fracture s’est installée entre la puissance publique et le secteur privé ces dernières années. Face à la menace de taxation dans les aires marines protégées, l’appel mer libre a rassemblé près de 30.000 signataires l’année dernière et a ouvert la voie à la création de la Confédération du Nautisme et de la Plaisance. Aujourd’hui, malgré la volonté des professionnels de construire une filière de déconstruction, la ministre de l’Ecologie reste sourde aux demandes du secteur économique, faisant peser à nouveau une menace importante sur l’activité. 

Sur le plan institutionnel, alors que l’importance de l’économie bleue gagne en ampleur, les moyens d’action de l’administration s’affaiblissent. Ce problème structurel s’est notamment manifesté par l’absence de toute référence au nautisme dans le cadre du dernier Conseil interministériel à la mer (CIMER). Aujourd’hui, nul ne peut ignorer la virtualité du conseil supérieur de la navigation, de la plaisance et des sports nautiques et chacun s’accorde sur le manque de moyens humains de l’administration maritime française. 

Sur le plan économique, alors que le marché européen connait une croissance robuste, en France, la reprise se fait attendre. 

Ce constat a donc conduit la Fédération des Industries Nautiques à proposer une nouvelle méthode de travail à ses partenaires. 

L’exemple Italien 

Invitée d’honneur de la Fédération, Mme Carla Demaria, Présidente d’UCINA, la fédération des industries nautiques d’Italie, a présenté les mesures récentes prises par le gouvernement Italien en faveur des entreprises du secteur nautique qui ont permis d’amorcer une reprise de l’activité économique et de l’emploi. 

Une méthode innovante, fondée sur l’intelligence collective 

Pour être pertinent, le fruit du travail doit être le plus représentatif possible des attentes et des expériences de chaque professionnel. Un outil collaboratif sera mis en place dans les prochains jours pour accompagner ce mouvement, d’abord en interne, en appelant la participation de chaque professionnel, puis, il sera élargi aux partenaires, y compris publics et enfin à la communauté nautique toute entière. La FIN entend ainsi valoriser toute la diversité des connaissances, des compétences et des idées qui composent cette communauté, en créant les fondements d’un dialogue créatif et productif. Ce travail devrait être achevé au salon nautique 2016 et adressé à l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle au début 2017. 

Les premiers axes de réflexion du Plan 

Développement du marché, réduction des coûts de production, stimulation de l’innovation, renforcement de la compétitivité,  amélioration de la qualité des services, formation du plaisancier, professionnalisation de l’occasion mais aussi protection de l’environnement et respect de la pratique ou développement des offres touristiques, portuaires et fluviales et simplification des normes…  La centaine de délégués de la Fédération a planché sur les premiers axes du Plan qui visent à lever les freins au développement du marché. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter