08/08/2012


Océan Attitude - Le premier Ocean 35 mis à l'eau !

L’accouchement fut certes un peu plus long que prévu, mais l’attente en valait la peine. L’Océan 35, premier du nom, a rejoint son élément liquide en ce mois de juillet.

Un grand bonheur pour Ronan Guérin, son géniteur, qui peut enfin admirer sur l’eau le fruit de longs mois de réflexion et d’un travail d’orfèvre. Les premières navigations ont confirmé tout le potentiel du bateau et l’Océan 35 est donc désormais en phase d’optimisation et d’essais pour les futurs clients et pour la presse. 

Des finitions poussées à l'extrême... 

« La philosophie du projet depuis son départ a toujours été de privilégier la qualité et l’optimisation. Ainsi, nous n’avons jamais hésité à faire évoluer les plans, dès lors qu’ils permettaient de contribuer à une amélioration du concept.  

Le design intérieur notamment, assez révolutionnaire, n’a cessé d’évoluer et c’est ce qui explique en grande partie notre retard par rapport aux prévisions initiales de mise à l’eau. C’est un choix que nous avons totalement assumé. Maintenant que le bateau est à l’eau et navigue, nous ne le regrettons absolument pas, tant le bateau est conforme à nos attentes. » Le discours de Ronan Guérin est clair et précis : seul le résultat compte ! On retrouve bien dans ce discours toute la détermination, la rigueur, le souci du détail et du travail bien fait du coureur au large qu’il était encore il y a peu… 

Des premiers tests plus qu'encourageants ! 

Mis à l’eau le mois dernier à Paimboeuf, l’Océan 35 a désormais pris place au port de Pornichet et engendre déjà la curiosité des amateurs de belles carènes. Un intérêt affiché qui n’est pas pour déplaire à Ronan Guérin :  

« Extérieurement déjà, le bateau, de par sa carène moderne, large et puissante, séduit les connaisseurs. Mais c’est surtout lorsqu’ils pénètrent à l’intérieur qu’ils sont impressionnés par le volume. » Mais si les compliments touchent positivement le Nazairien, c’est des tests réalisés sur l’eau qu’il tire la plus grande satisfaction. « L’habitabilité, on pouvait la jauger sur plan mais pour ce qui est des performances, même si elles avaient été évaluées, seuls les tests en navigation étaient en mesure de nous donner des certitudes.  

Et en la matière, je dois dire que les premiers résultats dépassent presque nos espérances ! » 8 nœuds au près, jusqu’à 12 nœuds sous GV seule au portant dans 20 nœuds de vent. les chiffres parlent d’eux-mêmes et font déjà la fierté de l’ex-figariste : « Même si l’Océan 35 n’est pas un voilier de course, je l’avais dès le début imaginé suffisamment rapide pour permettre de prendre du plaisir et envisager de longs parcours en toute sécurité. Pour avoir trainé mes cirés durant plus de quinze ans sur le circuit Figaro, j’imaginais mon bateau un peu plus rapide que le monotype Bénéteau… Au final, avec ses 8 nœuds au près contre 7,2 pour le Figaro 2, il l’est beaucoup plus ! » Avant d’ajouter avec un grand sourire : « Et puis question confort, il n’y a pas photo ! » 

Aller vite, sans vraiment s’en rendre compte, en toute sécurité et dans le plus grand confort, tel était le pari de l’Océan 35… Pari gagné donc pour Ronan Guérin et son équipe, qui souhaitent désormais que l’Océan 35 donne beaucoup de plaisir à tous ceux qui auront la chance de l’essayer… 

L'Océan 35 : un concept abouti, un bateau optimisé 

L'Océan 35 est optimisé dans sa globalité pour une navigation longue, agréable, en sécurité, rapide, fonctionnelle et confortable. Doté d’un volume et d’un aménagement intérieur exceptionnels (1,95m de hauteur sous barrot de l’entrée à l’avant, trois chambres, véritables cuisines et salle de bain…), c’est un vrai bateau à vivre. Il est en outre conçu avec une quille pivotante, sur le même principe que les Pogo 10.50 ou les First Class.  

Il peut ainsi s’échouer au mouillage et ne plus nécessiter d’une place de port en eaux profondes. Le plan de pont est simplifié au maximum et la sécurité accrue avec un cockpit fermé et des filières rehaussées sur l’avant. Le fil conducteur de sa construction a été le respect de l’environnement, tant dans la construction même du navire (matériaux, procédés utilisés) que dans son accastillage (récupération de mât, voile, tangon). La carène est moderne, large, planante, puissante, optimisée depuis une dizaine d’années dans le monde de la course au large (conception quasi inexistante sur les constructions actuelles en série). Il en résulte un bateau rapide, stable et volumineux en habitabilité. Racé et dynamique, l’Océan 35 offre une navigation en toute liberté, entre plaisir de la glisse et joie de la croisière. Audacieux mariage entre technologie marine de pointe et design chaleureux et novateur, c’est un concept abouti, compromis parfait pour un rapport « taille du bateau / distance parcourue » optimisé. 

Design : Franck DARNET Design
Architectes : Ronan GUERIN - Gildas PLESSIS - François LUCAS 

Donnez une note :

1 commentaire

14/08/2012 16:31 - ERLANIG a dit :

Respect de la langue française

Monsieur , votre '' finalisation '' est un anglicisme
Pourquoi , en bon français , ne pas utiliser tout simplement : achèvement , ou finition
Achever , finir , c'est autre chose que finaliser . On achève une construction , on finalise un accord

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter